AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un(e) client(e) frappe à la porte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cécil Lichtavatarprofil +
MessageSujet: Un(e) client(e) frappe à la porte. Mer 16 Mai - 9:14

Le cœur de Cécil battait très fort dans sa poitrine. Il ne savait pas vraiment ou il allait si il rentrait dans cette maison. Les évènement surréaliste s'étant enchainés ses dernières heures lui avaient soudain jeté une évidence en plein visage : tout pouvait arriver et de préférence le pire.
Faisant une moue anxieuse, l’hermaphrodite soupira ; la porte qu'il était sur le point d'ouvrir avait intérêt à le conduire au moins dans un autre monde.
Mais avant toute chose, il forma un creux entre ses mains et les dressa en direction d'un rayon de lumière pâle qui filtrait à travers les arbres et la brume matinale. Ses mains se remplirent alors tout doucement d'un liquide étincelant mordoré ; il fit durcir celui-ci afin de lui donner l’apparence d'une petite boule et le glissa dans sa poche. De la lumière solide ; il ne savait pas encore à quoi cela pouvait bien servir, mais au cas ou, il préférait en avoir un peu sur lui.
Puis, prenant une grande inspiration, il tendit sa main devant lui et se saisie de la poignet de la porte : il n'avait pas pensé à frapper encore, il était bien trop stressé pour penser à cela.


-"Bonjour ..."

Ses mots se perdirent en écho dans un vaste tourbillon informe de couleurs et de sensations, le tout aillant l'étrange forme d'un couloir.
L'hermaphrodite ne parvint pas à quitter l'endroit des yeux, approchant machinalement, refermant la porte derrière lui qui avait déjà disparue au moment du "clic" de fermeture.
Tout se déroulait comme dans un rêve : entendant des voix, sentant son cœur bousculé par une foule d'émotions nostalgiques et mélancoliques, sentant son corps se réchauffer, vibrer, il crut qu'il était mort, en route vers un monde éthéré et idéale ou il serait en paix. Mais tel ne fut pas le cas, tout autour de lui était bien réel, si ce mot pouvait être encore utilisé ici.
Cécil avait bien tenté de réfléchir, d'essayer de comprendre, de comparer avec ce qu'il connaissait, mais rien ne lui vint de plus que les larmes aux yeux, tandis qu'il avançait dans ce grand couloir. Les moments de félicité qu'il avait ressentit étant jeunes n'avaient rien à voir avec ce qu'il ressentait maintenant. La paix intérieur qui s'emparait de lui n'avait plus rien à voir avec celle qu'il ressentait lorsqu'il se promenait dans les vastes étendues de campagne de sa ville natale.
Quelque chose d'autre était particulièrement notable ; l'ambiance feutrée et secrète des lieux n'était pas sans rappeler les maisons closes londoniennes des années 1750. Vu de l’extérieur, Cécil s'était amuser à prétendre que cette maison était une maison de passe, mais il n'avait pas réellement imaginé que ce fut aussi vrais. Il avait l'impression d'entendre des murmures autour de lui, l'impression que beaucoup de choses excitantes se produisaient entre ces murs. Son imagination s'évada d'elle même, songeant à ce que cela pourrait bien être comme expérience, d'être entouré de jeunes gens prêt à tout pour vous satisfaire.
Il s'arrêta un instant et rabattit un genou sur l'autre, entourant de ses mains son abdomen, son visage était rouge. Il avait senti sa partie masculine se dresser et sa partie féminine lui brûler, son visage était rouge, mais quel genre de personne était-il donc ? Les lieux n'étaient pas banals, l'étrange magie qui suintait des murs semblait appeler au plaisir et à la détente, mais il ne fallait pas exagérer non plus. Il avait honte de lui, tandis qu'il sentait d'étrange sensation dans la poitrine.
Il prit quelques minutes pour souffler un peu et se ressaisir avant de reprendre sa marche. Il sortit alors les vieux prospectus de sa poches arrière et les utilisa pour s'éventer, cela lui faisait du bien, il soupira d'aise.
Soudain, une créature fait son apparition : un papillon noir, d'une taille anormale. Cécile écarquille les yeux un bref' instant, pris par la surprise, puis se met à courir instinctivement après l'étrange animal : sa présence ressortait trop de l'ordinaire par rapport à l'allure générale des lieux pour qu'il fasse juste partie du décor. Il devait forcément être la pour quelque chose, peut être même pour guider les gens qui s'aventuraient ici.
Cécil s'arrêta alors de courir lorsqu'elle le perdit de vue : le décor autour de lui avait soudain changé, il se trouvait à présent dans chambre. Cet endroit était il vraiment réelle ? Le décor était apparut si soudainement. Était-ce la une pièce illusoire dans laquelle on accueillait les nouveaux-venus avant de les laisser rentrer vraiment dans cette étrange maison ?
Il semblait y avoir quelqu'un dans cette pièce : un humanoïde doué d'intelligence par exemple. En tout cas il serait le bienvenu.
Cécil se tenait debout au milieu de la pièce, droit, les bras le long du corps, tournant simplement la tête vers l'endroit d’où semblait provenir la présence ; ses yeux bleu foncé semblant refléter quelque chose entre l'égarement et la fascination.


-"Bonjour ... "

Sa voix était marquée d'une hésitation, il ne savait pas trop quoi dire au vu des circonstances. Son cœur de femme semblait battre plus fort, propageant sa chaleur engourdissante dans tout son corps. Tandis que son sang d'homme vibrait dans ses veines, résonnant dans ses muscles, impatient.
Ce curieux mélange donnait à Cécil l'impression de tout vivre plus intensément, à chaque seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un(e) client(e) frappe à la porte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Maison Ambroise :: L'entrée-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit