[Event] Le tableau de la révolution.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Event] Le tableau de la révolution.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ilana Coghanavatarprofil +
MessageSujet: [Event] Le tableau de la révolution. Lun 7 Fév - 20:32

Ilana faisait les cents pas dans la Maison des clefs, qui par on ne sait quel miracle ne voyait jamais de Maitres en son sein... De la Magie ? Ou tout simplement un respect inavoué pour leur esclaves ? La première solution semblait la plus probable... Le Mieux serait même qu'ils n'apprennent jamais l'existance de cet endroit...
Et si La Pie mouchardait ?

Mais ce n'était pas le moment de penser a des choses pareilles. L'heure était plus grave...

Devant elle, assise sur un pouf de velours mauve, la petite Annie la fixait avec une appréhension certaine. Elle sentait surement Ilana tendue... Et pour l'être elle l'était...

"Réveille-toi Annie !"
Dit-elle en se retournant mollement. " Reveille-toi ! Je t'en conjure, tu ne sais pas ce que tu dis..."

Ilana se laissa tomber face à sa petite poupée blonde. Elle divaguait la pauvre enfant... Amoureuse d'un Maitre... Qui plus est... Et pas de n'importe lequel... De Mister D... Celui qui est incapable d'aimer qui que ce soit omis son pouvoir et sa propre personne...
Plus tôt dans la journée, D avait rendu visite à Annie... Et Maintenant elle avait des bleus sur les bras...
Ilana connaissait la violence de son Maître... Mais elle avait au moins l'intelligence de détester ces moments passés avec lui..
La petite fille ne pensait pas cela très grave... Elle était tellement amoureuse qu'elle ne distinguait plus le bien du mal... Pour elle, c'était normal... C'était l'amour... Et cette interminable attente du "Je t'aime" fatidique.... "Je t'aime" qu'elle n'aurait jamais... Ou alors pas sincère...

" Tu ne te rends pas compte ? C'est le démon ! C'est le mal incarné en un sombre corps ! Ce n'est pas de l'amour ça Annie ! C'est-"


Ilana se stoppa net... Elle était en train de détruire à coups de pieds les pyramides de songes qu'avait aimer se construire son amie...
Elle eu honte soudain... Elle pensait lui venir en aide... C'est vrai... Mais ce n'était pas le moment, et au fond elle craignait qu'Annie se détourne d'elle... Car non seulement il est aveugle l'amour... Mais il est sourd...
Ilana passa sa main dans les longs cheveux blonds de sa petite Annie...

"Il n'a pas le droit de te faire ça tu comprends ?"


La jeune femme se redressa avec un dernier sourire et regarda les autres clefs présentes dans la pièce.
Elle reconnu Alice et sa théière... Margaret également, toujours aussi triste que la mort... Et d'autres qu'elle ne connaissait pas...

Soudain, une idée lui vint en tête... Avec son sourire enjôleur, elle se hissa sur une chaise et s'éclaircit la gorge.

" Dites moi les amis..."

Elle avait parlé fort... Et elle savait que tout le monde l'écouterait... Elle n'était pas coqueluche d'Ambroise pour rien...

" Je voudrais savoir une petite chose... Est-ce que vous n'avez pas l'impression de ne pas être respectés à votre juste valeur? On fait tout le travail des Maitres ! On leur donne leur pouvoir, et au lieu de nous remercier, on nous prend pour des esclaves !"


Ilana sauta de sa chaise et regarda toutes les clefs une à une avec un grand sourire déterminé.

"Et si on faisait une liste ? Une liste de ce qu'on aime pas ! Une liste cachée... Derrière ce tableau tiens !"


La jeune et magnifique clef se précipita vers un grand tableau représentant des créatures étranges et imaginaires qui sans doute venaient de Wonderland, pour le décrocher. Elle s'empara d'un feutre qui se trouvait près d'Alice. Celle-ci ne sembla pas le remarquer... Sa théière était si jolie.

Ilana commença à écrire à l'endroit où la vieille tapisserie était un peu plus colorée... La place même où se trouvait le tableau avant d'être décroché.
Elle se retourna avec un sourire encourageant et tendit le feutre dans le vide... Elle fixa Annie quelques instants...

" Moi... Je n'aime pas la violence de mon Maitre... A vous..."



Dernière édition par Ilana Coghan le Lun 5 Sep - 22:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Re: [Event] Le tableau de la révolution. Mar 8 Fév - 14:35

Jolie petite poupée blonde qu’était Annie. Ses yeux bleus et ses cheveux bouclés tombant doucement en cascade sur son dos. La jeune fille baissait la tête cependant. Elle était jolie c’est vrai… Mais bête aussi ? C’était ce que pensais Ilana à ce moment là… Enfin, elle le pensait.

Elle se trouvait dans la maison des clefs. Belle maison aux allures de contes de fée. Annie aimait cette maison où toutes les clefs se retrouvaient pour discuter de tout et de rien. Ici, il n’y avait pas d’aura malsaine. Pas de grandes rivalités. En fait… les clefs s’entendaient plutôt bien dans cette maison où les maîtres n’avaient pas le droit d’y entrer. Mais aujourd’hui, tout le monde était tendu. Ca se sentait… Ilana l’était, elle. Et Annie ne comprenait pas. Pourquoi était-elle énervée ? Pourtant, ça se passait comme d’habitude. Les clefs étaient presque toutes là. Certaines dans le grand dortoir où elles pouvaient se permettre de dormir en toute tranquillité et d’autre dans la bibliothèque pour se reposer. Et Annie, frêle petite poupée de porcelaine était dans le salon avec Ilana, Alice et la petite lapine qu’elle ne connaissait pas bien encore. Assise sur un pouf, Annie regarda le visage crispé d’Ilana. Elle allait dire quelque chose c’était certain… Alors elle compta les secondes restantes avec l’espoir qu’elle ne parlerait pas de ce sujet… Mister D. Seulement, ses espoirs disparurent quand Ilana parla. Phrases cruelles sortant de la bouche d’un ange.

-« Réveilles-toi ! Je t'en conjure, tu ne sais pas ce que tu dis.. »

Si. Annie savait. Elle savait ce qu’elle disait. Oui ! Oui, elle aimait Mister D ! Elle aimait son maître ! Elle savait vaguement pourquoi, mais ne voulait pas le dire. Non, elle le savait réellement mais ne voulait pas le dire. Déjà qu’aimer Mister D c’était la honte. Alors pour cette raison c’était encore… Elle n’était pas prête de le dire. A personne. Même pas à D lui-même. Annie rougit. Petite tache rouge sur des joues laiteuses. Ensuite, elle se mordit la lèvre inférieure. Si elle était avec Mister D, où d’autres maitres, cela aurait donné une fausse idée à ceux-ci. Annie n’était pas une « allumeuse ». Elle avait juste des tics. Et celui-ci était le plus… le plus tendancieux… La jeune fille sentit des larmes couler. Couler ses joues un peu rosi et arriver sur son menton. Elle aimait beaucoup Ilana, et elle ne supportait pas qu’elle lui fasse des remarques sur son amour sur D. Elle l’aimait… Elle ne pouvait rien y faire. Il la punissait quand elle désobéissait ? Ben c’était normal non ? C’était son rôle de maitre non ? C’est vrai, quelques fois il lui faisait vraiment mal. Mais Annie, pauvre petite fille, était dans sa bulle. Elle s’inventait des raisons… Et rien ne pouvait changer… Enfin, pour l’instant. Et les mots continuaient comme de fines lames de poignards à faire mal à la jeune Annie.

-« Tu ne te rends pas compte ? C'est le démon ! C'est le mal incarné en un sombre corps ! Ce n'est pas de l'amour ça Annie ! C'est »

Ilana avait, maintenant, la tête sur la robe de soie rose pâle d’Annie. Annie avait arrêté de pleurer cependant. Elle souriait… Pourquoi souriait-elle ? Elle ne savait pas exactement. Peut-être le fait qu’Ilana avait posé la tête sur ses genoux. Elle aimait la présence d’Ilana et ne supportait pas qu’elle la gronde. Cela lui faisait trop de peine. Annie commença à caresser les doux cheveux bruns d’Ilana. Et Ilana fit de même. Les yeux dans les yeux, les deux jeunes filles se connaissaient bien… Et les mots recommencèrent après ce silence reposant. Mais cette fois-ci les mots étaient plus calme, plus serein. Et Annie colla son front sur celui d’Ilana.

-« Il n'a pas le droit de te faire ça tu comprends ? »

Pas le droit de faire ça ? Mais… si ? Elle était la clef de Mister D. Sa propriété donc… non ? Elle ne comprenait pas ce que voulait dire Ilana. Tant pis ! Sa présence suffisait. Puis, Ilana se releva doucement. Avec toute sa nonchalance calculée. Annie resta assise sur son pouf quant à elle. Elle voulait fainéanter et permettre à ses bleus de se guérir tranquillement. S’avançant doucement, la douce Ilana se glissa sur une chaise. Annie sentait qu’elle préparait quelque chose. Quelque chose d’important qui pouvait prendre des conséquences par la suite… Et la douce mélodie sortit encore des lèvres rouges sang d’Ilana.

-« Dites moi les amis… Je voudrais savoir une petite chose... Est-ce que vous n'avez pas l'impression de ne pas être respectés à votre juste valeur? On fait tout le travail des Maitres ! On leur donne leur pouvoir, et au lieu de nous remercier, on nous prend pour des esclaves ! »

Les mots se cognèrent contre les murs de la maisonnée. Respecter à notre juste valeur. Faire le travail des maîtres… Mais… si il n’y avait plus de clef… Il n’y aurait plus de maître. Annie n’aurait jamais rencontré Mister D. Et sa vie se serait résumée au néant. Annie n’était pas d’accord avec Ilana cette fois-ci. D’habitude, elle écoutait Ilana patiemment, tout le temps. Mais elle devait bien avouer, au fond d’elle-même, qu’Ilana avait raison sur certains points. Surtout sur sa condition d’esclave. Annie n’avait pas le droit d’aller dans d’autre pays que les enfers. Alors, bien sur, comme Annie était une petite fille désobéissante, elle allait en cachette prendre le thé à Wonderland presque tous les jours. Avec Alice et Meadow… Oui Annie voulait plus de liberté. C’est à ce moment là qu’Ilana tourna le tableau et écrivit dessus.

-« Et si on faisait une liste ? Une liste de ce qu'on aime pas ! Une liste cachée... Derrière ce tableau tiens ! »

Annie regarda l’assemblée. Sa sœur de cœur : Alice. Bunny, elle se souvenait de son nom maintenant. Et puis d’autre et d’autre encore qui allaient les rejoindre bientôt. Les regards étaient tournés vers Ilana et le tableau. La jeune femme prit un quelconque stylo et commença à écrire et à dire à haute voix ce qu’elle écrivait.

-« Moi... Je n'aime pas la violence de mon Maitre... A vous... »

Annie hésita… Devait-elle se lever et écrire ce qu’elle voulait ? Ce tableau changerait-il les choses ? Annie ne savait pas trop ce qu’elle devait faire. Mais devant le regard insistant de toute l’assemblée, elle prit son courage à deux mains. Doucement, elle se leva. Doucement, elle prit le stylo que lui passait Ilana… Et puis, de sa voix de clochette elle dit et écrivit :

-« Moi… Je voudrais bien que Mister D nous laisse un peu plus de liberté… Qu’on puisse sortir à l’air libre… Qu’on puisse s’amuser sans avoir peur des représailles… »

Cela ressemblait fortement à l’idée d’Ilana… Annie se retourna et regarda les gens autour d’elle en souriant. Puis, elle alla rejoindre son Alice qui n’avait pas l’air conscient de la réalité… Elle regarda Bunny également avec ses papiers qui notait se qui ce passait. Une folle envie de lui enlever ses papiers pour dessiner dessus lui prit… C’est d’ailleurs ce qu’elle fit. Et puis, tranquillement, elle alla rejoindre Alice et lui tendis les feuilles de Bunny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebony Whiteavatarprofil +
MessageSujet: Re: [Event] Le tableau de la révolution. Jeu 10 Fév - 18:44

Ebony regardait la salle curieusement, on l'avait convié à une sorte de réunion, chacune avaient été conviées justement à l'événement... « Elles n'auraient pas pu choisir pire moment » pensait-elle à cet instant, mais elle se devait de faire acte de présence. Faisant partie de ce groupe elle se devait de faire acte de présence, ne serait-ce qu'une petite demie-heure tout du moins...
C'est qu'elle était un peu débordée en ce moment la lapine! Elle passait son temps à téléphoner à droite et à gauche, trier le courrier de son maître, le sien, elle devait écrire le compte rendu du mois de janvier et l'adresser à son Maître(qu'il ne lirait surement pas à moins d'y être forcé... D'ailleur elle devait essayer de trouver un très bon argument pour le convaincre...) et certains de leurs collaborateurs... Avait-elle entendu parlé des ordinateurs? Ça oui, mais l'Ambroise ne semblait pas en posséder. Alors elle se contentait de sa plume, de son encre et de son papier. (Papier qui pour de raisons mystérieuses semblait disparaître de façon inquiétante... Un peu comme ses sous-vêtements en ce moment mais ceci était une autre affaire... )
Hormis cela, elle devait programmer des rendez-vous, ce genre de chose pour Monsieur Clive... Monsieur Clive qui pour des raisons inconnues semblait avoir pris quelques vacances... (Il choisissait toujours le bon moment pour faire ce genre de chose. Toujours.)
Ebony trimait donc vaillamment jours et nuits, comme pouvait le témoigner ses cernes, pour assurer les arrières de leurs affaires. Enfin celle de son Maître. Elle était bien trop loyal et redevable envers lui pour le laisser tomber.
Ainsi donc elle travaillait encore lorsqu'elle avait été convié dans un bien étrange endroit. La Maison des Clefs. Elle portait bien son puisque personne ne pouvait entrer ici sauf les clefs. Elle n'était même pas sûr que d'autres personnes à part les clefs sachent à propos de cet endroit. Elle avait décidé de ne parler de cet endroit à personne. Même pas à Monsieur Clive... Elle se devait de tout lui dire à propos de tout. Mais pas à propos de leur endroit. Ce n'était pas le sien mais celui de toutes les Clefs... Elle ne révélerait donc jamais le secret des Clefs. Quand bien même il lui fallait mentir ou dissimuler des informations qui pourrait lui servir.
Ebony soupira en voyant les poufs colorés. S'ils étaient là c'étaient qu'ils devaient être de merveilleuses petites choses confortables pour tout le monde. Sauf pour elle. Elle ne pouvait s'y assoir, sa queue risquait d'être écrasé si elle ne pouvait tenir correctement assise sans s'enfoncer et de partir en arrière. En effet cette petite originalité anatomique était plutôt encombrante et n'avait pas réellement d'utilité. Elle était là. Comme l'était sa paire d'oreille. Elle la camouflait assez bien du reste, les jupes à volants étaient pratiques. Elle pouvait dissimuler « ça » est cela restait assez coquet sans pour autant paraître ridicule.
En attendant elle n'irait jamais quémander autre chose pour remplacer le pouf. De peur qu'on lui pose des questions. Parce que personne. Personne ne sait à propos de ce petit détail et jamais personne ne le saura. Elle en avait bien assez avec ses oreilles qui lui avait valu le petit sobriquet de « Bunny »... Si cela se savait, elle n'imaginait pas le nombre de moquerie qu'elle essuierait au quotidien. Elle voulait que sa vie soit la plus tranquille possible...
Elle soupira et s'essaya sur le sol, les genoux et les jambes ramenés vers l'arrière. Elle n'avait pas réellement d'autre choix. Elle risquait de s'enfoncer dans le pouf et elle ne pouvait pas s'appuyer sur le mur.
La réunion démarra rapidement, le fait qu'elle soit assise sur le sol ne semblait choquer personne. Ou du moins elle essayait de s'en persuader...Bien rapidement son attention était détournée par une conversation entre deux clefs. Ilana et Annie... Au départ la lapine ne comprenait pas de quoi elle parlaient mais bientôt tout devint clair.
L'homme sombre auquel Ilana faisait référence était sans nul doute Mister D... Rien que d'y penser elle frissonna... Cet homme c'était... L'allégorie du mal, du malsain, de l'infamie.. De... Oh il y avait tellement de chose à dire de lui, si elle commençait maintenant elle n'aurait sans doute jamais fini... Elle soupira. Elle ne les comprenait pas, toutes les deux. Comment pouvait-on aimer... Un être aussi... Abjecte! Elle ignorait quelle illusion, chimère, la petite fille aux cheveux blond avait dans la tête mais elle y croyait, rejetant l'évidence même... D'ailleurs jamais elle n'aurait pu imaginer établir une relation charnelle avec son Maître. Ou qui que ce soit... Non les relations humaines ça n'était pas son truc... Combien même ça l'était elle ne connaissait personne et préférait éviter de toucher qui que ce soit. Son pouvoir était tellement instable...
Ilana aussi semblait réellement avoir de belles illusions dans la tête... Elle connaissait ce regard, cet air révolutionnaire... Qu'espérait-elle bien pouvoir faire? Se libérer des griffes de D? Libérer les autres Clefs? C'était tellement fou... Tellement ridicule... Elle manquait de lucidité. D'organisation aussi. Si elle était charismatique il lui fallait quelqu'un. Comme … Comme... Ah! Comment Monsieur Clive disait déjà? Secrétaire particulier? Oui... Quelqu'un qui comme elle aidait son Maître, l'aiderait. Un peu comme un … Directeur de campagne... Comme il en existe sur terre... Cependant elle ne dirait rien, elle ne se mêlerait pas des affaires de cette Clef... Déjà qu'elle pensait que cette réunion était une perte de temps.
Pendant qu'elle observait, elle semblait inexpressive, elle ne prit cependant pas la peine de prendre des notes. Vérifiant sa montre, elle n'avait pas réellement de temps à perdre ici... Elle semblait presque sur le point de partir lorsqu'Ilana proposa décrire sur le tableau ce que l'on aimait pas chez son Maître sur le tableau... Ebony ne voyait que trop bien où elle voulait en venir... Elle savait aussi ce qu'à terme ce genre d'initiative pouvait faire naître un petit vent de rébellion au sein de leur petite communauté.
La lapine n'avait pas d'opinion sur le sujet... Elle n'était pas malheureuse avec Monsieur Clive. Débordée, ça oui, mais en réalité elle aimait être occupée. Elle n'aimait pas que son Maître soit si fainéant mais, elle ne l'avouerait jamais mais cela la distrayait... Elle était bien traitée, elle avait des cadeaux, elle avait de la chance, beaucoup de chance... Pourquoi irait-elle mettre des choses négative sur ce tableau? Elle lu les interventions des deux clefs et secoua la tête. Violence? Chaînes? Jamais Monsieur Clive n'avait levé la main sur elle, jamais il ne l'avait enfermé... Que venait-elle faire ici parmi ces Clefs opprimées ? Elle se leva cependant et nota cependant la seule chose qu'elle reprochait à son Maître:

« Je n'aime pas lorsque mon Maître disparaît sans me dire où il se rend et quand il daignera réapparaître... Parce que je suis sûre que je finirai par faire un infarctus, ou par mourir sous une montagne de paperasse si cela continu. »

Elle alla se rassoir en silence, ce qu'elle venait d'écrire devait paraître bien ridicule par rapport aux précédentes phrases mais elle n'avait que ça à écrire, c'était déjà bien qu'elle daigne écrire une chose négative de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvitéavatarprofil +
MessageSujet: Re: [Event] Le tableau de la révolution. Ven 11 Fév - 18:27

Alice avait suivi les autres clefs, se demandant où est-ce que cela aller l'emmener. Elle se retrouvait par la suite, dans une charmante petite maisonnée qui avait été élu « Maison des Clefs ». Celle-ci était caché des Maîtres et seul les clefs y avaient accès. Alice se baladait entre les murs de cette étrange maison, accompagnée de sa petite théière rose sous le bras. Il y avait tant de choses à découvrir... qu'elle oublierait une fois sortie. Elle avait aperçu Annie de loin qui lui avait fait un signe pour lui faire comprendre qu'elle devait venir là où elle était. Elle marchait donc et se retrouvait vite dans un endroit où des petits fauteuils étaient installés... Un salon... Oui ça devait être ça. Elle allait s'asseoir près d'une table. Elle prenait donc place sur un petit fauteuil en velours pourpre et posait ses coudes sur la table afin d'appuyer sa tête sur ses mains. Elle ne regardait pas réellement ce qui l'entourait, elle était très concentrée sur sa théière qu'elle avait posée juste en face d'elle. Elle était si jolie sa petite théière. Elle avait aussi posé le lapin blanc sur ses genoux... Un lapin blanc ?! Revenons en arrière pour bien comprendre comment un lapin s'était retrouvé sur les genoux d'Alice. Cette dernière s'était baladée un peu partout dans la maisonnée et était tombée sur un jardin. Un magnifique jardin, semblable à celui où elle allait à Wonderland. Des fleurs, des arbres, de la couleur mais surtout elle était tombée sous le charme des petits lapins qu'elle voyait tout rose. Comme dans son monde. Elle en avait attrapé un et l'avait gardé avec elle, espérant que sa petite théière ne serait pas jalouse. Voilà, comment elle se retrouvait avec un petit lapin, entendons-nous bien, blanc sur les genoux.

Finalement, Alice s'appuyait contre le dossier du fauteuil, attrapait le lapin, le calait dans ses bras et caressait sa si douce fourrure. Quand elle le regardait, elle voyait un petit lapin rose tout mignon. Puis elle regardait sa théière. Qu'elle était belle, elle aussi. Elle les aimait tous les deux ! Alors qu'elle contemplait sa si jolie théière, une voix sonnait comme un tintement de clochettes à son oreille. Elle connaissait cette voix. Se tournant vers la source, elle ne reconnut pas tout de suite, Ilana. Elle observait cette jolie femme avec une envie d'aller lui faire un câlin. Elle ne savait pas pourquoi et se désintéressait de la scène très rapidement, retournant dans sa contemplation. Elle ne réagissait pas à la main qui passait devant elle afin d'attraper quelque chose qui lui était inconnu. Elle n'avait d'yeux que pour sa théière et son lapin si jolis. Ses yeux se fermaient pour s'ouvrir sur son monde. Son monde à elle. Son monde rose. Sa petite théière se mit à bouger, danser, voler devant elle. Son lapin grimpait sur la table, sautillant un peu partout, ses petites moustaches frémissaient au rythme de ses gestes. Alice penchait la tête sur le côté, les regardant, les couvant d'un regard semi-maternel. Ils étaient tous si mignons. Elle fut ramenée à la raison par un mouvement dans ses bras. Alice fermait de nouveau les yeux pour les ouvrir et voir Annie qui était en face d'elle. Le lapin dans ses bras avait bougé, craignant le rapprochement des autres humains qui l'entourait. Alice le serrait contre elle pour le câliner. Elle regardait ensuite ce qu'Annie lui avait apporté. Des feuilles, des tas de feuilles. Elle était émerveillée, ce demandant ce qu'elle allait pouvoir dessiner. Elle déposait un baiser entre les petites oreilles de son lapin et le posait délicatement sur la table, à côté de sa petite théière rose. Elle déposait ensuite sur la table des crayons de toutes les couleurs et des pastels. Elle attrapait une feuille et commençait à dessiner des théières, des lapins, des fleurs, des arc-en-ciels, des châteaux, des gâteaux.. Tout en couleurs.

Puis, inconsciemment, Alice tournait la tête vers l'objet de tous les débats. Elle tenait un crayon de couleur rose dans la main et avait cessé de colorier, observant. Observant un tableau où était noté tout ce que les clefs n'aimaient pas chez leur Maître. Une jeune fille aux oreilles de lapin, qu'Alice était semi-sûre d'avoir croisé au moins une fois, y écrivait quelque chose. Alice observait la lapine avec un émerveillement non dissimulé. Elle devait sûrement venir de son monde. Elle était si mignonne. Elle voulait aller lui faire un câlin, comme quand elle avait câliné son mignon petit lapin rose. Le nom de la lapine surgissait dans sa tête, sans qu'elle n'ait eu besoin de trop chercher : Bunny. Oh, que c'était mignon. Alice aimait beaucoup ce nom. Puis un autre nom surgissait dans l'esprit de la dessinatrice en herbe. Celui de son Maître. Cela fait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Elle était triste. Triste d'être seule. Pourtant, il y avait Annie, sa petite théière et son lapin. Mais ce n'était pas pareil. Elle ne regardait plus personne. Elle avait lâché son crayon de couleur et tournait ensuite la tête vers le tableau. Ses yeux revinrent sur la lapine qu'elle trouvait si mignonne. Puis il revinrent sur le tableau. Elle aussi, elle voulait écrire. Elle se levait, tremblante. Alice marchait, non sans peine, vers le tableau. Elle attrapait le stylo et marquait:

Je n'aime pas quand mon Maître me laisse toute seule avec des inconnus. Je déteste ça.

Les trois derniers mots avaient été écrits frénétiquement. Alice s'était presque vengé sur le tableau qui n'avait rien fait. En écrivant, elle avait repensé à ces hommes en blanc. Alice frissonnait. Elle reposait ensuite le stylo et retournait vers la table, manquant tout de même de tomber. Elle s'affalait presque sur la chaise. Puis elle cherchait désespérément ses pilules multicolores. Elle les trouvait dans sa poche qui contenait aussi ses crayons de couleurs. Elle en avalait trois et les rangeait. Tout de suite, elle se sentait mieux. Les couleurs devant ses yeux étaient flamboyantes. Ses yeux étaient voilée de … folie ? Peut-être qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Tweeny Chaseavatarprofil +
MessageSujet: Re: [Event] Le tableau de la révolution. Sam 30 Juil - 19:18

Appuyée contre le battant d'un mur, Tweeny observait. Avait-elle vraiment un rôle à jouer dans cette lutte contre la tyrannie des Maîtres, alors qu'elle-même pouvait jouir d'une liberté totale ? Cette question la tiraillait. Elle savait qu'elle était capable de se protéger seul de ces monstres, mais mener une rébellion impliquait qu'elles seraient toutes liées les unes aux autres, quoi qu'il se passerait. Et ça, elle n'était pas sûre de pouvoir le supporter. Parce que si tout cela finissait par mal se finir, ne serait-elle pas obligée de se soumettre à l'un de ces monstres, en voyant toutes ses autres amies retourner vers la persécution, alors qu'elles auraient cru à cette liberté si légitime ? Jamais elle ne pourrait le supporter. C'est pourquoi elle se contentait d'écouter et d'observer, avant de prendre une décision qui chamboulerait peut-être toute sa façon de penser.
Bien entendu, les autres clefs savaient qu'elle n'était sous le contrôle d'aucun maître, et elle se demandait ce qui les avait poussé à l'inviter à cette réunion. Elle ne se rappelait même plus comment elle avait eu connaissance de cela ; sûrement l'une d'entre elles le lui avait glissé à l'oreille. Toujours est il qu'elle n'avait pas hésité une seconde avant de venir, poussée par la curiosité. Mais qu'elle avait aussi vite compris l'urgence et l'enjeu de la situation.

*c'est quoi, ce lapin blanc, là-bas ?*

Interrompue dans ses pensées par d'autres pensées, Tweeny redressa la tête vers l'endroit que lui indiquait le furet blotti sur son épaule. Elle reconnu alors Alice, et un sourire fendit son visage. Elle avait apparemment trouvé un autre compagnon de jeu. A part celle-ci, Tweeny ne connaissait que quelques-unes des Clefs réunies. Celle qu'elle avait surnommé la Louve, Ilana, semblait avoir pris les choses en main, ce qui ne l'étonnait guère. D'autres visages lui étaient familiers, mais elle n'était pas sur Ambroise depuis assez longtemps pour mettre un nom sur chacun d'entre eux. Mais cela ne la gênait pas ; après tout, peu importe les équipiers, quand le but est le même. Sauf que c'était loin d'être gagné, apparemment.

" Tu ne te rends pas compte ? C'est le démon ! C'est le mal incarné en un sombre corps ! Ce n'est pas de l'amour ça Annie ! C'est-"

Voilà qui était intéressant. Ou plutôt, voilà qui était intriguant. Cette clef éprouvait donc de l'amour pour son maître ? La tâche serait déjà assez compliquée comme ça, voilà qui n'arrangeait rien à la situation. Tweeny ne savait rien de cet amour et ne voulait de toute façon rien savoir, mais elle n'était apparemment pas la seule à qui cette lutte risquait de poser problème, et c'était sûrement le cas d'autres clefs dans cette salle.
Mais Ilana semblait bien décidée à ne rien laisser tomber.

"Et si on faisait une liste ? Une liste de ce qu'on aime pas ! Une liste cachée... Derrière ce tableau tiens !"

ça y est, le signal était lancé. Le signal que tout allait se mettre en place, progressivement. Tweeny vit quelques clefs s'emparer du crayon pour gribouiller quelque chose, certaines hésitantes, d'autres bien déterminées. Mais elle, devait-elle écrire quelque chose ? Il était plus que temps qu'elle prenne une décision. Soit elle s'emparait de ce crayon à son tour, soit elle quittait cette salle. Elle pensa alors à sa grand-mère, qui menait désormais une vie paisible sur Terre. Qu'aurait-elle fait à sa place ? La réponse lui parut évidente.

*Arrête de te prendre la tête et attrape ce bout de plastique ! *
*Tu imites très bien Mamine, Chup'.*

Après tout, pourquoi n'aurait-elle pas sa place ici ? Elle ne serait apparemment pas de trop pour les aider. De toute façon, quand elle était lancée, rien ne pouvait l'arrêter. Une minute plus tard, elle relut intérieurement la nouvelle phrase qui figurait désormais sur le mur :

Je n'aime pas voir les autres Clefs souffrir, et je déteste le sentiment de supériorité des Maîtres.

Elle aurait bien conclut avec un "vive la liberté", mais elle se retint. Rien n'était encore fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsoriséprofil +
MessageSujet: Re: [Event] Le tableau de la révolution.

Revenir en haut Aller en bas

[Event] Le tableau de la révolution.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les portes se ferment :: Event-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Univers connus