AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
InvitéInvitéavatarprofil +
MessageSujet: Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥] Ven 9 Déc - 22:07

    Oh ! Un miroir qui bouge. Cela paraissait tout simplement incroyable aux yeux de la jeune fille. Elle se pencha et toucha du doigt ce fameux miroir. Des ondulations se formèrent là où son doigt avait touché le reflet et elles s’écartèrent petit à petit. Oui, l’eau est un miroir qui bouge pour Alice. Tout était magique, tout était merveilleux, tout était coloré. Quel monde fantastique. Quel monde fabuleux. Tenant son petit lapin rose dans les bras, elle marcha gaiement, pieds nus dans l’herbe verte pomme du monde de Wonderland. Dire qu’il y a encore quelques heures, elle était dans ce monde si morne, si triste et si froid. Oh, elle ne l’aimait pas trop, mais elle savait qu’elle devait y rester. Elle ne savait plus pourquoi, mais elle le devait… Quelle drôle d’idée en tout cas.

    «Toi, tu aimes bien cet endroit, hein petit lapin. » lui dit-elle.

    Elle le resserra contre elle et continua à marcher, elle baissa les yeux et elle remarqua plein d’autres lapins de toutes les couleurs. Oh, comme elle était contente d’être ici. Là-bas, il y avait beaucoup de noir. Trop. Ses petites pilules l’aidaient, mais elle préférait être ici. Elle aperçut les champs de fleurs, ces dernières chantaient et elles chantaient tellement bien. Alice aimait les écouter pendant de longues heures. Elle se dirigea en sautillant vers le plan de fleurs et se glissa entre les longues tiges. Un sourire psychotique étira ses lèvres. Elle s’assit dans l’herbe, posant son petit lapin sur sa jupe rose légèrement foncée et hocha la tête de droite à gauche au rythme de la chanson que chantaient les roses, les bleuets, les violettes et les tournesols.

    La jeune fille tapait doucement dans ses mains tout en observant voler les papillons. Oh, elle voulait les attraper. Ils étaient si beaux. Son petit lapin avait aussi l’air intéressé par ces petites choses volantes. Elle se leva, suivie de près par la porcelaine volante, posa son petit lapin à terre et marcha en direction des papillons. Elle les voyait si beau, si magique, si magnifique. Certains étaient dorés, d’autre étaient de la couleur des arc-en-ciel, d’autre avaient la forme d’une brioche et certains ressemblaient à des tranches de pain d’épice. Alors, elle les suivait. Elle en voulait un entre ces mains, peut-être pourrait-elle le montrer à …. À qui déjà ? Elle s’arrêta net. Son regard se fit vague. Elle savait qu’il existait quelqu’un d’important pour elle, mais elle ne se souvenait pas de son nom. Elle restait quelques minutes, immobile, légèrement chancelante. Son regard passa sur les arbres aux bonbons si colorés, à l’herbe verte et à ses champignons violets pour finir sur la rivière aux couleurs chaudes. Un papillon en forme de brioche passa juste sous son nez, ce qui la fit sortir de sa torpeur et elle se remit à tenter de l’attraper.

    Elle paraissait si enfantine, si innocente et si naïve. Elle l’était. Ici, seulement. Les choses noires ne l’atteignaient pas, elle ne se souvenait plus « d’avant » quand elle était dans le monde de son Maître. Elle n’était que couleur et folie ici. Tout ce qu’elle voulait voir, elle le voyait ici. Ses yeux voltigèrent sur un grand château. Qu’il était beau. Elle s’arrêtait de nouveau. Elle l’observa longuement, le trouvant beau. Oh, un autre papillon. Elle détournait son attention du château et tentait d’attraper ce papillon. Oh, elle aimerait voler avec lui. Cela doit être si incroyable de pouvoir voler. Voler si haut et observer ses petits lapins. Ils seront sans doute si petits. Encore plus petit que maintenant.

    Meadow.

    Oh ! Son nom était apparu comme un flash dans sa tête. Elle se stoppa de nouveau. Alors, c’était lui. Si elle restait, c’était pour lui. Elle aimerait bien qu’il soit là. Elle voulait lui montrer tous ses petits lapins, le rose, le petit, le blanc, le vert, le bleu, le jaune. Il les adorait surement. Elle avait avancé assez pour apercevoir une forêt. Et au milieu de tous ces arbres. Une maison. Une petite maison, pleine de couleurs, un peu délabrée, mais toute mignonne. Comme ses petits lapins, pensa-t-elle. Elle s’avança doucement vers la maisonnette. Oh, les jolis papillons s’y trouvaient. Elle sourit. Avançant lentement, elle s’arrêta devant la porte et toqua. Se dandinant comme une enfant de cinq ans en attendant, elle décida de rentrer. Peut-être qu’il y aurait plein de belles choses à découvrir. Rentrant, elle fit aussi rentrer papillons, lapins et porcelaine volante en même tant, mais elle n’y prêtait pas attention. L’intérieur était … incroyable. Il y en avait de partout, il y avait différent styles. Comme c’était beau. Elle aperçut quelqu’un, mais son attention se porta sur une théière sur la table.

    « Oh comme elle est belle » dit-elle de sa petite voix.

    Elle la prit dans ses bras et la serra fort, fort contre elle. Elle se tourna vers l’homme dans la pièce et pencha la tête.

    « J’aime beaucoup votre chapeau, monsieur ».

    Elle ne le reconnaissait pas. Pourtant, son chapeau lui disait quelque chose. Elle aurait bien voulu le même. Elle fixa longuement le dit-chapeau, attendant qu’il se tourne vers elle. Oui, c’était le chapeau qui devait se tourner, un chapeau n’a pas besoin d’une tête pour se retourner, voyons…. N’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Marsavatarprofil +
MessageSujet: Re: Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥] Sam 10 Déc - 12:41

    Une longue après-midi s'annonçait. Meady à nouveau disparu, Loir sans doute en hibernation, les rangs des amis du lièvre se faisaient des plus clairsemés. Alors, il s'était allongé dans l'herbe du jardin pour profiter à l'extérieur de cette belle journée d'hiver. Mais qu'est-ce qu'une belle journée, en hiver ? On imagine plutôt de grandes étendues immaculées, des arbres à la parure saupoudrée, tout cela sous l'éclairage froid d'un soleil lointain. Or, la neige se faisait attendre et au lieu de la scintillante blancheur qui aurait du s'immiscer un peu partout, Mars n'avait droit qu'aux branches décharnées des arbres du jardin.

    Conclusion : Il n'y avait ni adeptes de luges, ni lanceurs de boules de neige, ni constructeurs d'igloo dans le coin. On en aurait presque oublié se trouver à Wonderland, au pays du jeu et des enfants.

    « Alors ça, ça n'est pas amusant du tout, du tout, du tout. La ferme. Un peu de sérieux, je vous prie, nous valons mieux que ça.»

    Et si la neige n'était pas là, ça n'empêchait pas l'humidité du sol de s'insinuer jusqu'à Mars, bien au contraire. Ainsi, ce n'est pas la fraîcheur du petit vent sournois qui le fit frissonner en premier, mais bien le froid venu d'anciennes pluies. C'est donc après un petit soupir résigné, qu'il se leva d'un bond pour rentrer.

    « Je vais faire du thé !»

    Il se dirigea alors résolument vers la cabane, sans plus prêter attention au jardin morne. Et dès qu'il fut entré, il s'affaira à préparer la table, courant en tous sens pour saisir successivement porcelaines et couverts en argent - évidemment, en argent, vous ne pensiez tout de même pas que Mars puisse s'abaisser à manger avec autre chose ? Finalement, il atterrit un peu miraculeusement à la cuisine, sans que rien n'ait été cassé. La bouilloire fut placée sur le feu et il ramena sur la table sucres et lait.

    Des coups avaient été frappés à la porte, légers et indistincts. Et du fait de sa concentration, Mars n'y avait pas fait attention. Il tournait donc le dos à l'entrée, prêt à s'engouffrer de nouveau dans la cuisine, quand Alice entra. Inattentionné mais pas sourd, le lièvre se figea en entendant les petits pas, puis l'exclamation joviale de la jeune fille.

    « Oh comme elle est belle »

    Un sourire étira imperceptiblement ses lèvres. Il ne serait pas seul pour prendre le thé, et ça, de la journée, c'était le meilleur, le fond du plat oublié au four, qui a délicieusement gratiné plutôt que de brûler. De plus, il lui semblait bien reconnaître la jolie petite et adorable voix de son invitée.

    « - J’aime beaucoup votre chapeau, monsieur.
    - Deaaaaaaaaar Alice ! » s'exclama t-il en retour.

    Il fit volte-face dans une envolée des pans inférieurs de sa verte veste et décocha à la clef un sourire d'un rare éclat. Puis, penché vers elle pour détailler son visage, il en profita pour ouvrir de grands yeux.

    « As-tu grandi ? Tu es radieuse ! Quel joli brin de fille que voilà ! »

    Chacun des habitants du lièvre étaient au moins d'accord là-dessus, la préférée de Meadow n'avait rien d'une beauté fanée, bien au contraire. Mars se redressa et tourna autour de la jeune fille pour mieux la détailler. Il finit son petit tour dans le dos de son invitée, posa ses mains sur les délicates épaules et vint murmurer à son oreille :

    « C'est un plaisir de te voir ici, princesse Alice. Cette arrivée inattendue n'aurait pu trouver meilleur moment. Tu n'as pas déjà pris le thé, j'espère ? »

    De nouveau, le lièvre s'étira sur toute sa hauteur longiligne et sans attendre de réponse, il ajouta au service à thé un couvert supplémentaire. C'est ce moment que choisit la bouilloire pour se mettre à siffler, siffler, siffleeeeer !

    « Marzy ! Marzy ! Marzyyyyy ! Ton eau est prête, viens don' m'ôter de ze feu brûûûûûûûlaaaaant ! » l'entendait-il chanter dans un accent slave.

    Alors il courut jusqu'à la cuisine, saisir le récipient ardent et éteindre le feu qui l'avait roussi.

    « Merzi... Meeeerzi... Meeeeerziiiiiiiiiii... »

    D'étranges notes résonnaient dans sa tête. "Pin ! Pon ! Pin ! Pon !" ça faisait. Mais il n'avait aucune idée de ce que cela pouvait bien représenter. Revenu dans la salle et inquiet à propos de sa théière prise en otage, Mars demanda doucement à son invitée ce qu'elle comptait en faire :

    « Douce Alice, si nous voulons boire, il faudra relâcher cette théière. Te plaît-elle tant ? Je pourrais t'en montrer bien plus, si tu le désires, et tu pourras en choisir une que je t'offrirais. »

    Il inclina la tête de côté, signe qu'il attendait sa réponse pour juger du récipient dans lequel remplir l'eau frémissante de sa bouilloire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvitéavatarprofil +
MessageSujet: Re: Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥] Mar 20 Déc - 0:33

    Alice tenait la petite théière dans ses bras. Oh, comme elle était jolie. Mais elle voyait bien que sa petite théière rose était jalouse de toute l’attention qu’elle portait à la nouvelle recrue. C’est vrai qu’elle était jolie, elle baissa la tête, la couvant du regard. Elle ne voulait pas la remettre sur la petite table, il fallait d’abord une nappe, sinon ce n’est pas très confortable pour la porcelaine. Pauvre petite porcelaine. Elle bougea sa tête de droite à gauche lentement, comme un balancier. Elle regarda dans le vide alors que le propriétaire de la petite maison s’avança joyeusement vers elle. Même avec son visage à quelques centimètres du sien, elle ne bougea pas d’un iota, comme si rien ne se passait. Sourire psychotique et regard dans le vague, une des attitudes fréquentes de la jeune clef.

    Oh, elle aimait beaucoup le sourire du monsieur. Il avait l’air gentil et puis il était content. Elle ne comprit pas la moitié de ses paroles qu’il prononçait à toute vitesse, mais ce n’était pas grave. Elle n’en comprit qu’un seul: grandi. Elle baissa la tête et la releva ensuite vers le jeune homme, elle paraissait beaucoup plus petite que lui, non ? Enfin, elle ne savait pas, mais elle savait qu’elle devrait sans doute se mettre sur la pointe des pieds pour lui faire un bisou sur la joue, comme avec son Maître. Tiens ? Comment s’appelait-il déjà ? Reprenant conscience de la situation, elle vit que le monsieur avait disparu. Oh ! Un magicien… Puis, elle sentit une légère pression sur ses épaules et une voix à son oreille. Quel fabuleux tour de magie. Elle voudrait bien pouvoir faire la même chose, ça serait merveilleux.

    Tiens, elle s’appelait Alice. Bien sûr, elle le savait, non ? Ou peut-être pas. Oh, elle aimait bien le mot « princesse », Annie, Arielle et même Ilana lui racontait souvent des histoires avec des princesses et des princes. Elle aimait beaucoup ces histoires. Et elle aimait beaucoup le thé. Elle releva la tête et hocha la tête négativement. Elle n’avait pas encore pris le thé et serait ravie de le prendre avec ce gentil monsieur. Elle suivit du regard ses moindres gestes, l’observant prendre une petite cuillère, une petite tasse, une petite soucoupe, quelle jolie porcelaine. Oh la douce musique à ses oreilles, une musique entraînante et familière que faisaient ses petites théières quand elles voulaient la prévenir que l’eau est bien chaude.

    Elle alla s’asseoir sur l’une des petites chaises devant la table, toujours avec la jolie petite théière dans ses bras. Une chanson joyeuse passait dans sa tête, elle chantonna doucement en balançant ses pieds du haut de sa chaise. Elle n’entendit même pas son hôte revenir, ce n’est qu’en l’entendant parler de la jolie théière qu’elle relevait la tête vers lui. Elle rebaissa la tête vers cette dernière, un peu triste de devoir s’en séparer.

    « Oh mais elle si jolie. Tu en as d’autre des jolies comme ça ? … Moi j’ai ma petite théière qui me suit partout, tu sais ? Elle est très belle et je l’aime beaucoup, mais elle est un peu jalouse des autres théières et je trouve ça très triste. »

    Une moue triste sur ses lèvres se dessinait quand elle relâcha son étreinte sur le joli récipient. Elle la posa doucement sur la table, veillant à ne pas la fêler ou à ne pas la brusquer ou lui faire peur. Cela serait dommage qu’elle s’enfuie.

    « Il faut être gentil avec le service à thé … Mars.. » Oh, son nom lui était venu sans même qu’elle n’y pense, comme d’habitude avec la jeune fille. Elle glissa ses doigts sur la porcelaine qui reposait sur la table, effleurant les bords des tasses et des soucoupes. Elle releva la tête vers lui : qu’il était grand quand il était debout. « Dis, tu as vu les papillons en pain d’épice ? Et ceux en forme de brioche ? Il ne faut surtout pas les manger, ce sont eux qui m’ont guidé jusqu’ici. »

    Passant du coq à l’âne ; chose si courante pour la clef. Elle chercha du regard les dits-papillons. Elle en trouva un, puis deux, puis trois. Oh, ils s’étaient cachés dans toute la maisonnée. Une partie de cache-cache, elle aimait beaucoup ce jeu. Elle tapa joyeusement dans les mains, en riant, telle une enfant de 5 ans. À Wonderland le noir qu’elle avait connu n’existait pas et pour elle, il n’existait donc plus.

    « Oh, ils se sont cachés ! Il va falloir tous les retrouver pour quand je rentrerais à … la maison, je ne veux pas en oublier un seul. »

    Naïve, comme si ces jolis papillons allaient la suivre bien sagement. Ils étaient libres. Pourtant l’un d’eux s’envola de sa cachette et alla se posa sur la tasse qui était devant Alice. Qu’il était beau et il sentait bon le pain d’épice. Battant des pieds plus énergiquement, la jeune fille sourit, suivant très attentivement chaque battements d’ailes du petit insecte. Quel merveilleux spectacle.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséprofil +
MessageSujet: Re: Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥]

Revenir en haut Aller en bas

Deux folies pour le prix d'une [PV Mars ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les territoires inconnus :: Wonderland-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit