Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité...



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
October Leeingavatarprofil +
MessageSujet: Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité... Lun 31 Oct - 12:32



Journal intime,
atelier de tissage...



Octobre.
Tout s’est toujours passé en Octobre. A croire que je suis maudit quelque part. Ou béni peut-être. Mais tout ça, tout ça n’a plus d’importance. Tout ça s’est arrêté. J’ai changé depuis. Depuis j'ai mûri. Depuis, j'espionne, j'épie, je malmène et j'oublie. Je les oublie tous. Mais ils reviennent, toujours, à croire qu'ils aiment ça. Alors depuis, j'écris. Pour me moquer d'eux, pour rire de leurs facéties et railler sur leurs enfantillages. Ils se plaignent. Toujours. Et ils ont la bêtise de venir se plaindre dans mon lit, dans mes bras. Qu'ils se taisent! Je n'ai que faire de toutes leurs déblatérations inutiles... Et dire qu'il faut que je subisse ça pour toucher ma paye. Gloire à la finance qui, fourbe et tordue comme un politicien, m'oblige à feindre un intéressement certain pour des débilités sans nom! Je lève les bras d'ironie pour honorer cette garce de tirelire.

Mais je m'en lave les mains.
Je prends ma plume et j'écris ici.
Peut-être qu'à l'Octobre prochain,
... tout sera fini.




________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
October Leeingavatarprofil +
MessageSujet: Re: Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité... Mar 1 Nov - 17:35


Complexe des relations,
tissons, tissons, faisons des noeuds...


le tout
La perversion, cette forme érotique de la haine que l'on aime tant...


Il n'y a sans doute rien de plus émouvant dans une vie d'homme que la découverte fortuite de la fidélité à laquelle il sera voué pour le restant de ses jours. Ces personnes, October les bénit. Il les adulerait même s'il n'était pas si imbu de sa propre personne. Ces êtres représentent sûrement ce qu'il a de plus cher en ces temps de débauche. Avec eux, il vivra n'importe où. Pour eux, il subira n'importe quoi. Mais pour gagner cette dévotion sans borne, il faut en vouloir. Il faut LE vouloir. Et son prix est très cher. Car après tout, un seul et unique être suffit pour nous compléter. A quoi bon s'enticher des autres.



mélusine javrette
Cette femme est une déesse. La reine de NightmareLand, la dictatrice des jours et des nuits d'October. Elle est sa Maîtresse, il lui appartient. Il l'a choisie, il a besoin d'elle. Leurs passés sont maintenant trop liés pour qu'il puisse penser un dixième de seconde à se séparer de sa moitié. Elle est son Tout le plus précieux. Elle est son seul Tout. Il la chérit, car oui, October sait être attentionné et protecteur, et il ne vaut mieux pas trop vouloir de mal à cette prêtresse des ténèbres. Le jeune homme trouverait le moyen de s'arracher un bras pour vous étrangler avec ses propres nerfs, histoire d'être sûr que vous ne puissiez pas nuire plus à la belle.




les nuancés
Jeu de mains, jeu de... catin.


Se rire des autres, c’est aussi un peu rire de soi-même. Cacher derrière la haine un amour enfoui. Dissimuler sous les charmes une profonde blessure. Rire avec d'autres, c'est aussi un peu être heureux. C'est jouir de sa liberté propre, c'est partager. Pourtant, October n'aime pas partager. Il aime rire, mais pas partager. Alors il rit, et aimerait arrêter au fond de lui. Et il rit encore, parce que ça fait du bien de rire tout de même. Mais partager, c'est si inutile pourtant... Excusez le langage, mais vous le faites chier, à le torturer de la sorte. Rester parler avec vous, c'est bien, mais être seul, c'est mieux. Pourtant, avec vous c'est mieux aussi. Quel mieux est le meilleur, vous pouvez lui dire? Hein? Non? Encore un bon à rien.


silver silentcry
Une bestiole. Une petite bestiole. Une... chose de joie. Oui, Silver est doué, il sait y faire. Ce ne sont pas les clients, mêmes habituels, qui agiraient comme il le fait. Il sait être violent. De par... son régime alimentaire. Mais il est fragile aussi. Il doit sûrement réussir à amadouer les plus féroces. October en rit. Il est séduit quelque part. Tout en restant irrité à la fois. Ils se font plaisir, mais il voudrait le voir partir. L'insecte le... trouble. Il parle trop. Pour le peu qu'ils ont conversé... C'était déjà trop. Silver a l'air trop proche. Il ne l'est pas! Personne ne l'est. Seule ELLE peut l'être. October doit aller voir sa bestiole. SA bestiole. Il le faut. Il faut qu'il se défoule, qu'il frappe. Mais il n'a pas le droit, Silver l'a interdit. Aucune cicatrice, aucune marque. Il aimerait tant. Laisser sa trace... Sur sa chose. Ils auraient pu se ressembler, si l'insecte était moins bavard... Alors, October ne sait pas.




les riens
Loin, trop loin, tout ressemble à un rêve... Un mauvais rêve.


« Peu de gens m'inspire de l'intérêt ; or, les hommes se blessent de l'indifférence ; ils l'attribuent à la malveillance ou à l'affectation ; ils ne veulent pas croire qu'on s'ennuie avec eux naturellement. »**
October s'ennuie des autres de l'Ambroise, c'est bien le mot. Il ne les méprise pas, mais il ne les aime pas non plus. Il s'en moque, voilà tout. Il aime rire et les détruire, pour le plaisir. Il aime aussi faire croire qu'il est bien dans leur bras, parfois. Il a bonne mémoire donc il se souvient des personnes.
Mais au fond... Au fond il s'en fout de vous.




arielle spencer
Envahissante. Lourde, étouffante, crédule. Rien d'autre ne pourrait mieux décrire ce que représente Arielle pour le jeune homme. Elle ne l'énerve pas, mais elle le fait tiquer bien plus qu'il ne voudrait. Il est obligé de soupirer pour se détendre, de fermer les yeux pour ne plus la voir. Mais il l'entend toujours. Elle pourrait être belle, si elle n'était pas aussi... cruche, en un sens. Alors avec un peu de concentration, en se disant que le mauvais moment va passer, October survit à ses déblatérations. Il attend qu'elle se lasse d'elle-même. Arielle pourra toujours lui courir après si ça lui chante, il lui fermera la porte au nez. Il n'en a rien à faire.




les apocalypses
Ne pas pardonner, ne rien oublier, détruire et faire saigner.


Vous, vous avez dû déroger à la seule règle du démon : ne jamais s'en prendre à Mélusine Javrette. Même un regard de travers suffit pour qu'October lance les chiens de chasse à vos trousses. L'Apocalypse pour une chiquenaude. Vous êtes certain de n'avoir rien fait? Alors, c'est que vous lui rappelez son passé. Qu'il ne veut pas entendre parler de vous, ni en long, ni en large, ni même en travers. C'est que mort, vous lui apporterez beaucoup plus. Il ne vous méprise pas, il vous hait! Déchiqueter vos chaires en lambeaux avant de vous clouer les os aux murs reste sobre par rapport à ce qu'il veut faire de vous. Soyez heureux de ne pas le croiser, ça aurait pu saigner.


Spoiler:
 

________________


Dernière édition par October Leeing le Dim 19 Fév - 0:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
October Leeingavatarprofil +
MessageSujet: Re: Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité... Mar 1 Nov - 17:36


Effets personnels
Des... biens. Et pourquoi pas des maux?


October a déjà été heureux avec peu. Il a déjà survécu avec presque rien. Alors pourquoi donc entasser? Pourquoi s'encombrer de choses qui ne vont faire que prendre un peu plus de poussière chaque année? Pourquoi s'obstiner à conserver des affaires dont le souvenir seul nous tranche le coeur en deux? C'est inutile, vous avez compris. C'est embarrassant. C'est sentimental. Et les sentiments, tout le monde sait bien qu'October a du mal avec. Alors il ne garde que le nécessaire, l'utile, l'agréable.


une armoire de vêtements
S'habiller, c'est indispensable. Pour les autres. Car si ça ne tenait qu'à lui, le jeune homme ne se vêtirait presque jamais. Pour cela, il va préférer les habits amples, légers, en lin ou coton. Et si vous y voyez à travers, tant pis, tant mieux, il aura quelque chose sur le dos. En tous cas, pas de couleurs vives. Des beiges, marrons, gris et noirs, aux couleurs de l'automne, pour annoncer l'hiver de son caractère.


un atelier d'écriture
Tout ce qu'il y a de plus banal, mais il n'aime pas en manquer. Dérangés sur son bureau on aperçoit des feuilles, des enveloppes, un encrier et une plume d'oie. Car Monsieur écrit à l'ancienne. Il aime ça, il trouve ça beau et agréable. A chacun ses lubies j'allais dire.


des accessoires professionnels...
... A usage parfois personnel. Ces nécessaires sont en vrac, dans le tiroir sous son lit, ou suspendus au mur de l'arrière-chambre. Ah! Comme il aime cette pièce! Enfin... Dans tout ce foutoir, on peut trouver menottes, fouets, lanières de cuir, gants, bon-biip, l-biiip, s-biiiiip..... Disons qu'en laissant libre court à votre imagination vous ne penserez pas au quart de ce qu'October collectionne. Ca vous donne une idée.


________________


Dernière édition par October Leeing le Mar 1 Nov - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
October Leeingavatarprofil +
MessageSujet: Re: Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité... Mar 1 Nov - 17:36


Boîte aux lettres,
jouons, jouons, passons les heures...


lettres cachetées
Les cauchemars devenus réalité.



  • RP terminé...
  • RP terminé...
  • RP terminé...








lettres en cours de réflexion
Les cauchemars en gestation.



  • Souvenirs, souvenirs. Y aurait-il déjà eu rencontre entre Silver et October?
  • RP prévu...
  • RP prévu...



________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsoriséprofil +
MessageSujet: Re: Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité...

Revenir en haut Aller en bas

Des pages écrites, ou quand les cauchemars se replient dans leur intimité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les portes se ferment :: Que se passe t-il dans la maison ? :: Journal intime-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com