AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Joyeux anniversaire ! [PV Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Joyeux anniversaire ! [PV Alice] Sam 2 Avr - 11:41

Il semblait que le monde, l’univers s’ouvrait au bord de la fenêtre de la jeune fille. Un paysage idyllique aux couleurs de l’arc en ciel. Les bourgeons se transformaient en de belles fleurs sauvages, éclatante de mille couleurs. Les nuages blancs et cotonneux traversaient l’immense horizon bleuté, la voute céleste où les rayons du soleil brillaient d’un éclat pur et heureux. Des oiseaux chantaient entre les branches vertes des arbres, libre et heureux. Et là, en dessous de sa fenêtre aux vitraux noirs et rouges reflétant la froideur du lieu, un gigantesque bassin où se baignaient des créatures venues d’un autre temps et d’un autre lieu. La jolie main blanche et ornée d’une fine bague alla se poser avec délicatesse dans les cheveux blonds et bouclés de la propriétaire. La fillette se retourna encore et encore. La vue de sa chambre l’oppressait, elle retourna face à sa fenêtre. Ses immenses yeux bleus s’agrandirent. Ses pupilles prirent l’éclat du soleil. Elle aurait voulu que son maître soit là. Elle aurait pût, peut-être, prendre son courage à deux mains et lui dire… Lui dire ce qu’elle pensait de la nouvelle décoration de sa chambre. Elle voulait qu’il la serre tendrement dans ses bras musclés et forts.
Un, deux, trois… Annie – cela lui arrivait de plus en plus – compta dans sa tête. Oublier les problèmes. Oublier le temps… Oublier et prendre le temps dans ses mains ! Prendre et profiter ! Cependant, de plus en plus de souvenirs refaisaient doucement surface. Des souvenirs qu’elle ne voulait pas ! Perversité de la vie que les souvenirs ! Ils viennent, ils partent mais laissent toujours une trace amère derrière eux. Hier, elle avait vu un homme… De longs cheveux d’ébène, une peau finement matte. Et des yeux ! Des yeux comme les siens où son visage apparaissait. Les yeux, reflet de l’âme. Cet homme était adorable ! Il lui avait sourit d’un sourire extrêmement tendre et rassurant. Il lui avait serré la main et lui avait demandé comment elle s’appelait. Annie avait-telle répondu dans un souffle. Et lui s’était présenté comme le nouveau gérant de l’Ambroise. La jeune fille se leva doucement, sa robe virevoltant légère et blanche. Jolies larmes de porcelaine coulant sur des joues de lait. La Pie était parti. Où ? Elle n’en savait rien. Plus aucuns moyens de contact. Rien ! Pas même son numéro de portable. Et quand bien même, il ne lui aurait jamais donné son numéro. Oui… La Pie lui manquerait.

La chambre de l’adolescente avait changé. Noire et rouge étaient les couleurs dominantes maintenant. Le papier peint fleurit et la moquette rose pâle avaient cédés leurs places à des murs écarlates et un sol digne d’une terre charbonneuse. C’était le maître qui avait décidé de la nouvelle décoration de la chambre. « Maintenant, la chambre ressemble plus aux enfers. C’est mieux que l’ancienne ! » Avait-il dit, un sourire narquois sur ses lèvres rêches. Plus de gaité, ni de fantaisie. Rien que la morosité et le noir et le rouge ! Une chambre oppressante ! Mais pour Annie cela n’était pas grave… si ? Son cœur battait à pleine vitesse, les larmes ne coulaient pas mais elles étaient là, sur le coin de l’œil. Et une boule dans le ventre qui grossissait à chaque petite pensée déplaisante. Les pensées tournaient et tournaient sans s’arrêter ! Annie ne voulait pas entendre. Elle ne voulait pas écouter ! Elle ne voulait pas se rendre compte ! Juste… Mais, depuis quelques jours, les souvenirs revenaient de plus en plus ! Des flashs ! Pleins ! Sa mère lui brossant les cheveux et lui faisant des bisous sur la joue, son frère jouant et lui racontant des histoires, son père menaçant lorsqu’elle avait atteint les limites. Il faut bloquer ! Plus de souvenirs ! Laissez-moi tranquille ! Un bruit sourd. Un corps frêle et minuscule venait de tomber sur la moquette. Des spasmes de sanglots. Et une mélodie doucement, sortit des lèvres pulpeuses de l’enfant.

Viens jolie fleur
Viens dans mes bras
Près de moi, tu ne crains rien.


Malheureusement cette chansonnette ne la détendu pas. C’était la chanson de son maitre. Il la lui chantait dans un ancien temps, là où les il n’y avait ni fleurs, ni animaux pour rendre le paysage moins triste. Néanmoins, le bourgeon ouvrit ses pétales d’or, le soleil était dehors ! Annie se releva, mit son manteau et… C’est mon anniversaire aujourd’hui ! C’était peut-être ça qui la bouleversait… Oui c’était ça ! Parce que personne ne lui avait fêté son anniversaire, Annie ne s’était pas sentit bien ! Voilà ! Elle avait trouvé la réponse. Alors pourquoi la boule dans son ventre ne partait pas ? Pourquoi ? Enfilant ses fines ballerines brodées de fils d’or, la jeune fille chassa les pensées qui lui torturaient l’esprit. Le malaise partirait bientôt. Il fallait juste attendre. La jeune fille ouvrit la lourde porte en bois massif. Le long couloir s’étendait encore et encore. Des tableaux étaient accrochés aux murs et représentant des paysages merveilleux et le sol, rouge sur lequel était gravé des citations de toutes sortes semblait dire bienvenue à Annie. Cependant, ni fenêtre, ni fragments de soleil ne venaient caresser le long tapis grenat. Ambiance lourde et pesante. Et la silhouette d’Annie ne fut plus qu’une ombre traversant la lourde porte qui menait vers le bain en plein air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvitéavatarprofil +
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ! [PV Alice] Lun 18 Avr - 23:14

Spoiler:
 

Alice s'était levée avec le cœur qui battait follement. Elle avait porté sa main à son cœur pour le calmer, sans comprendre pourquoi il s'agitait ainsi. Elle essayait tant bien que mal de respirer, mais ses inspirations et ses expirations se faisaient maladroites. Elle tourna la tête vers sa table de nuit en bois et attrapa d'un geste brusque sa petite boîte aux pilules multicolores. Elle l'ouvrit et en avala quatre. Sentant sa respiration reprendre un rythme normal, elle posa doucement la petite boîte sur son lit et ne bougea plus pendant quelques minutes, s’imprégnant de l'ambiance de sa chambre. D'un geste brusque, elle rejeta les couvertures de son lit. Elle avait encore mal au niveau du cœur, comme si on le lui serrait fort. Elle planta ses ongles dans ses avants-bras en espérant que son cœur aille mieux. Elle sentie ses ongles dans sa chair, s'enfonçant profondément. Des larmes roulèrent sur ses joues pâles et elle se mordit la lèvre inférieure retenant un gémissent de douleur et de désespoir.

Elle resta là, assise sur son lit, ses ongles dans ses avants-bras pendant quelques minutes. Un mouvement près de ses pieds lui fit relever la tête. Son petit lapin se tenait là. Elle le fixa et relâcha ses bras, laissant de minces filets de sang s'écouler et l'attrapa pour le serrer fort contre elle. Elle sortie de son lit, posant ses pieds sur le parquet et se dirigea lentement, en titubant légèrement, vers sa commode où était toutes ses peluches. Elle resta devant. Il y avait un calendrier fait main, un petit bricolage qu'elle avait fait avec Annie. Elle se mit sur la pointe des pieds et attrapa la feuille qui indiquait le jour que l'on était hier et tira dessus. La nouvelle feuille indiquait «Annie's Birthday ». L'indication était écrite de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et avec de nombreux dessins autour. Elle fixa la feuille, aucune réaction.

Elle se détourna et marcha jusqu'à son armoire. Elle posa son petit lapin chéri sur un fauteuil à balance et ouvrit son armoire. Elle prit au hasard une robe noir sans manche. La dentelle couvrait les bretelles et le haut s'arrêtant au-dessus de la poitrine. Elle l'enfila et se plaça – plus par habitude que pour un quelconque arrangement – devant sa glace en pied. On aurait dit un fantôme. Elle était extrêmement pâle, sa robe noir accentuait cette pâleur fantomatique et les fins tracés de sang sur ses avants-bras n'arrangeait pas la situation. Meadow n'aurait pas aimé la voir comme ça. Annie aussi. Elle l'aurait serré dans ses bras en lui caressant doucement les cheveux. Alice resta encore quelques instants à se fixer dans le miroir, puis elle tourna la tête vers le calendrier. En relisant, encore et encore, ce qu'il y avait marqué, elle eut un déclic. C'était l'anniversaire d'Annie aujourd'hui. L'information monta lentement à son cerveau et quand elle fut assez diffus, elle se surpris à vouloir la voir pour lui souhaiter. Elle sortie de sa chambre, ne prêtant pas attention à toutes les personnes qu'elle croisait et qui la regardait avec des yeux ébahis.

Elle continua à marcher, n'en ayant que faire. Elle ne savait pas où était Annie... d'ailleurs elle ne se souvenait même plus pourquoi elle devait la voir. Elle marcha sans aucun but, ne savant même pas où aller. Elle tourna la tête de droite à gauche tout en continuant à avancer, se prenant de temps en temps des murs ou des objets. Souvent elle ne relevait pas et elle continuait. Comme toujours. Alice ne vit pas, elle survit. Soudain, la jeune clef vit du coin de l’œil quelque chose qui attira son attention. Une chevelure blonde qui tournait dans un coin, se dirigeant vers les bains. Tout de suite, elle l'avait reconnu. Son esprit posa un nom sur ces cheveux blonds : Annie. Elle fut immédiatement attirée vers elle. Elle marcha d'un pas lent et monocorde et entendit au loin la lourde porte de bois qui menait aux bains se s'ouvrir pour se refermer de nouveau. Elle ne pressa pas le pas pour autant et atteint finalement la porte qu'avait passé Annie quelques instants plus tôt. Elle leva son bras afin de pousser la porte et se figea. Elle observa le sang qui coulait de ses blessures au bras. Du sang. Rouge. Le rouge rappelait le noir. Le noir rappelait le rouge. Ces deux couleurs rappelait son passé. Elle eut un pincement au cœur comme si on la piquait avec une aiguille. Elle avait besoin de quelqu'un, là, tout de suite, maintenant.

Elle poussa vivement, les larmes aux yeux, la porte de la salle de bain et rentra. Elle aperçut Annie de dos. Elle courut vers elle et se jeta sur elle, l'enlaçant de ses bras ensanglantés. Elle ne se souciait pas de savoir qu'elle avait sûrement sali l'habit d'Annie. Elle ne se souciait pas de ne pas avoir dit qui elle était avant de lui sauter dessus. Non, elle ne se souciait de rien. Elle était juste effrayée. Elle resta là, joue contre le haut du dos de la clef des Enfers. Elle s'était recroquevillée, par peur. Elle ne voulait pas être seule. Sa respiration était irrégulière. Elle essaya de se calmer, se laissant bercer par l'odeur des cheveux de son amie. Quand sa respiration reprit un rythme normale, elle put parler pour ne dire que trois mots avant de s’affaisser contre le sol.

« Joyeux Anniversaire Annie » dit-elle d'une voix tremblante.

Puis elle fit un geste très enfantin : elle commençait à tracer des cercles avec son doigt dans les flaques d'eau qui parsemaient les sols des bains communs.
Revenir en haut Aller en bas

Joyeux anniversaire ! [PV Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Maison Ambroise :: Les salles communes :: Les bains-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit