AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Histoire Mer 2 Mar - 21:40


L'histoire ne fait que commencer...
Chapitre 1




« Chère Katia.

Comment vas-tu ? Cela fait longtemps que je ne t’ai pas vu. Tu me manques. Je pense beaucoup à toi. Comme tu peux le constater, j’ai un peu de temps de libre en ce moment. Je peux donc t’écrire une longue lettre, qui, j’espère, te plaira.
À l’Ambroise ça va. Ce n’est pas la fête tous les jours cependant, tu peux me croire. On doit respecter le plaisir des clients. Enfin… Je plains plus les travailleurs que moi-même. La maison est connue. Trop connue. Maintenant les clients sont obligés de réserver pour une nuit de plaisir. Mais bon… Je me demande si c’est une bonne chose. Je ne sais plus trop où j’en suis. Nous n’avons plus le droit de sortir de nos chambres quand la nuit tombe. On doit attendre que La Pie nous amène nos clients habituels. Les pauvres… S’ils savaient. Mais bon. Tu sais que je ne dois pas les plaindre ou quoi que ce soit d’autre. Mister D ne veut pas. Donc je ne le fais pas. Mais… ne sommes-nous que des objets aux mains des plus puissants ? Ou bien nous aussi avons-nous le droit de vivre ?
Annie »


« Oh, mon Annie,

Cela fait bien longtemps ! J'avais peur qu'il ne te soit arrivé malheur. Et ici, je suis hors du temps, hors de tout. Je ne savais depuis quand je n'avais reçu de tes nouvelles, pas avec exactitude... Les minutes s'écoulent différemment, je m'y perd, je ne sais plus rien... Alors je ne pense plus à tout ça, aux jours, aux heures, aux années... Je me laisse bercer par la douce mélancolie de nos souvenirs, et l'amertume sucrée de tes rires lointains... Oh, comme ils me manquent... Le palais est énorme, et même si j'arrivais à fuir hors du harem, il me serait impossible de quitter ce labyrinthe de couloirs, grouillant de gardes ! Il le sait bien, et c'est pour cela que je peux t'écrire une chose pareille. Il ne percevra pas cette lettre comme une menace. Peut-être le fera-t-elle rire ? Alors je reste là, lasse et nostalgique, laissant les jours et les nuits couler sur moi comme l'eau sur des rochers...
Entendre parler d'Ambroise, c'est presque étrange... Ce n'est qu'un souvenir, à présent, écrasé par les imposantes fondations du palais, et l'oppressante chaleur des Enfers... Je suis bien triste d'entendre de telles nouvelles, j'espérais, naïvement peut-être, que les clients fussent rares, et que vous puissiez, contrairement à moi, protéger un peu vos corps des sévices de l'amour...
Ma chère Annie, j'aimerais te répondre, j'aimerais te rassurer, mais lorsqu'on est en Enfer, avec rien de plus dans le cœur que les regrets et la culpabilité d'avoir sacrifié des âmes, l'esprit est bien pessimiste, je ne te le cache pas...
Mais pouvoir lire ta douce écriture me rassérène un peu.
Avec toute ma tendresse,
Ton amie,

Katia. »




« Katia chérie

Te lire me donne des frissons. T’ennuies-tu vraiment aux Enfers ? Mister D vient vous voir souvent ? La Pie m’a dit que je faisais du bon travail et que, peut-être, je pourrai retourner aux Enfers pendant quelques temps. Cela me ferait tellement plaisir de te voir. De te serrer dans mes bras et de te faire pleins de bisous partout.
À Ambroise ce n’est pas la joie. Aujourd’hui encore, il y a le maître Caïn qui est venu et qui a grondé. Nous, on est restés dans nos chambres et on entendait tout ! Même Ilana n’allait pas bien. Ensuite Mister D est venu et est allé dans le bureau du directeur et il a calmé le jeu… Et puis Caïn est allé dans la chambre de Mady. La pauvre ! Elle a quitté Ambroise. Je ne sais pas si elle va revenir. Mais elle faisait la grève et elle ne pouvait pas se le permettre. Nous n’avons pas le droit. Mister D ne m’a pas lancé un regard. Même pas une petite tape sur l’épaule. Ca m’a peiné. Il est allé directement chez Ilana. Et ça parlait fort. Ilana ne se laisse pas faire. Mais elle fait bien son travail. Je me demande si je le fais bien moi aussi.

Annie »



«Ma très chère Annie,

Ne t'inquiètes donc pas pour moi, et ne prie certainement pas pour venir me rejoindre ici. Sais tu seulement ce que les Enfers représentent ? Ici, les jours sont des lamentations sans fin, et si Mister D ne vient pas nous voir, ce sont les anciens du harem qui s'occupent de nos souffrances continues... Oh, ne pleure pas non plus mes malheurs ma douce amie, garde tes larmes pour les tiens. Mes yeux pleurent assez bien seuls, et savoir que tes douces prunelles sont humides pour moi ne ferait qu'aggraver mes peines. J'aimerais aussi serrer ton petit corps contre moi, malheureusement, cela serait synonyme d'une bien triste nouvelle... Tu sais bien que si tu viens ici, cela voudrait dire que tu aurais, toi aussi, condamné bien des âmes innocentes... Je voudrais tant t'éviter cette douleur sans fin, cette atroce culpabilité.
Toutes ces nouvelles me font trembler de peur, je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur. Ne cherche pas d'ennuis, je t'en prie, tu sais que Caïn est terrible, sans cœur. On dit que les clefs qu'il a emporté n'ont plus jamais données signe de vie ! Pauvre Mady... Pauvre, pauvre Mady... N'espère pas la revoir, Annie... Nightmare Land est une terre de désolation, et je préfère encore l'Enfer et ses déserts brûlants à ce monde de ténèbres sans fin..
Ah, comme les clefs de Heaven ont de la chance... Leur maître, ou plutôt maîtresse, est si bonne...
Ne te plains donc pas du mépris de Mister D, il est comme cela, tu le sais. Tantôt glacial, tantôt ardent... Et n'imite pas Ilana, il lui pardonne son insolence, mais pour combien de
temps ? Je suis persuadée que tu fais un bon travail, et c'est bien là ma plus grande tristesse...
Avec toute ma tendresse,

Katia. »



« Ma Katia chérie

Les temps sont durs. Surtout pour nous, clefs des Enfers. Mister D est venu voir La Pie la veille. Miss L était là également. Elle n’a fait que rigoler et c’était vraiment tendu dans la pièce de La Pie. Tu sais que Mister D et Miss L ne s’entendent pas bien du tout. Ils se haïssent cordialement même. Mais… je ne sais pas. Il y avait quelque chose de grave. Quelque chose de grave se passait dans le bureau du maquereau… Alors, je te le demande Katia. Que se passe t-il en Enfer ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je prends peur soudain. Mais j’ai un mauvais pressentiment. Comme si… comme si entre les mondes, une guerre était prête à éclater à tout moment. Dis-moi si je me trompe. Je… Je ne sais pas.
Aujourd’hui Mister D est venu me voir alors que je parlais avec Ilana. Il m’a regardé d’un regard méchant et Ilana est partie. Et ensuite j’étais à sa disposition pendant… beaucoup de temps. Il était violent. Et il était mal… Comme si… Comme si… Je ne sais pas… Je ne sais plus. Il faut vraiment que tu me donne des nouvelles des Enfers. Les autres clefs aussi ne se sentent pas bien. On sent tous qu’il se passe quelque chose… Mais quoi ?
Bien à toi ma chérie.
J’attends de tes nouvelles avec impatience.

Annie »


«Monsieur,

Il semblerait que certaines de vos possessions aient eu accès à des informations plus ou moins confidentielles. En temps normal, je me serais occupé moi-même de ce cas. Cependant, il m'a semblé que cela vous concernait plus particulièrement. De plus, ayant à votre disposition un argument particulièrement convaincant pour persuader votre clef d'arrêter de se soucier de choses ne la concernant pas, j'ai pensé que cela vous plairait d'intervenir vous-même.

Ci-joint leur correspondance de la semaine, comme vous me l'avez demandé.

La Pie »




To Be Continued...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Re: Histoire Ven 19 Aoû - 15:34

Cassius regardait par la fenêtre du haut de sa chambre. Il pleuvait ce jour là, parce que le maitre des lieux en avait décidé ainsi. Cela dépendait de son humeur. Et aujourd’hui, il se sentait mal. Aujourd’hui, c’était l’anniversaire de sa fille. Bien sûr, il lui avait fêté comme il se doit. Ce matin-là, il lui avait ramené des cadeaux et lui avait dit qu’il avait une surprise encore plus grande pour elle. Mais cette surprise tout comme les autres choses auxquelles pensait Cassius était d’une folie sans nom. Une folie douce oui, mais une folie quand même. Et l’idée germait dans sa tête telle une mauvaise herbe. Oui, son cadeau serait splendide parce que sa fille était son plus beau trésor. Rae était restée trop longtemps enfermée. Trop longtemps enfermée dans une tour, loin du monde et des hommes. Parce que les hommes étaient méchants, Cassius ne voulait pas que ces êtres immondes fassent du mal à sa fille. Alors, il l’avait caché loin des yeux et dans l’ignorance des hommes. Il l’élevait bien, lui disant qu’elle quitterait un jour sa tour, sa bulle de protection vers quelque chose de plus grand, de meilleur. Mais toujours loin des hommes. Parce que tout le monde le sait n’est-ce pas ? Les hommes sont tous le fléau de l’univers. Du moins, c’est ce que pensait Cassius.

Cassius voulait un monde, un pays rien que pour Rae et lui. Un pays rempli d’histoire et de bonheur. Un pays plein de couleur. C’est en flânant dans les couloirs de l’Ambroise qu’il avait appris la présence d’un monde similaire à celui qu’il recherchait pour sa fille. Bien sûr, il faudrait qu’il s’occupe des gens vivants dans ce pays, mais cela ne le dérangeait pas. C’était une île, comme Atlantis. De l’eau lui suffirait pour tous les contrôler. Cependant, il aurait aimé que les gens de Neverland - c’est comme ça que s’appelait ce pays - les laissent, lui et sa fille. Réunir deux pays en un seul ? N’était-ce pas une merveilleuse idée ? Il gagnerait en pouvoir et sa fille, ses clefs l’aimeraient encore plus n’est-ce pas ? Et le maître de Neverland, y avait-il pensé ? Est-ce qu’il était au courant que prendre Neverland serait l’action la plus bête de toute sa vie ? En prenant Neverland, il allait déclencher une guerre entre Atlantide et ce beau pays tant convoité. Mais c’était pour soigner Neverland également, pour lui redonner ses couleurs et ses sentiments positifs. Oui, il allait conquérir le pays imaginaire !

Qu’à cela ne tienne ! Déclencher une guerre était dans les compétences de l’enfant-Dieu. Cassius était fou. Oui folie puissante. Personne ne le comprenait. Personne ne pouvait comprendre les vraies motivations de prendre Neverland. L’empereur était seul face à tout le monde !

Sa fille le suivrait-elle dans cette bataille ? Et Ambroise ? Cela chamboulerait l’équilibre de la petite vie tranquille de cette maison close. Que ce passerait-il, une fois la guerre déclenchée ?

Chers amis, il est temps de choisir un camp ! Lequel prendrez vous ?



To Be Continued...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les portes s'ouvrent :: Présentation de la maison et de son univers :: Histoire-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit