Liliaceae



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Liliaceae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Liliaceaeavatarprofil +
MessageSujet: Liliaceae Lun 28 Fév - 13:34


  • Nom : Liliaceae.
  • Âge : Dix-huit ans pour toujours.
  • Origine : Neverland, fille préférée du feu Chef indien.
  • Orientation sexuelle : Avant, elle avait un faible pour Peter Pan. Mais c'était avant... Aujourd'hui, elle n'aime rien d'autre que l'espoir d'une vengeance possible.
  • Métier : Indépendante?
  • Fonction : Habitante de Neverland.
  • Pouvoir : Lili a la capacité de parler aux animaux. Elle ne sait pas si ce don fonctionne avec tous les animaux, mais ceux qu'elle a l'habitude de voir la comprennent tous. Elle ne parle pas vraiment, avec quelques signes habiles des doigts, de la main, du bras, de la poitrine, de la tête, du nez, de ses yeux, elle parvient naturellement à converser avec ceux qu'elle considère comme ses seuls alliés. Lili, de toute façon, elle n'a jamais beaucoup parlé à voix haute.



Lili, on l'appelait La Tigresse, quand elle était encore petite. Un peu petite, un peu mince, un peu tout. Elle n'a pas le teint frais, n'a pas l'air bien propre, mais elle insuffle la jeunesse à sa forêt devenue triste et sombre. Ses pas sont lestes, souples, son corps n'est que muscles fins et peau dure.

L'indienne a le visage rond et lisse, comme celui d'un bébé. Il est indifférent, triste et froid. Même le menton toujours levé avec fierté tend à présent plus à un faon égaré qu'à un fauve en cage. Pourtant, son teint est brun, typique des Peaux-Rouges et Lili qui en avait autrefois honte et qui se cachait pour ne pas brunir davantage ne se préoccupe plus du soleil obscur qui tape, tape... Elle ne se soucie plus de son apparence, elle n'est la fille que d'un seul but. Le but n'a pas changé, seule la mission diffère, mais c'est une toute autre histoire...

Lili possède une chevelure épaisse et longue, brune, aux reflets de l'écorce d'un vieux bouleau. Ondulés à cause des nombreuses tresses faites, les cheveux de Lili sont maintenant souvent recouverts d'une couche de boue et plusieurs brindilles se reposent, attendant des vents meilleurs. Sous un front large et bombé, digne de la plus droite des princesses et sous une frange sale se cachent des yeux de la couleur du pelage d'un gros tigre: un jaune ocre strié de rayures noires et crémeuses. Flamboyants et vifs, ils montrent la détermination de Lili, sa volonté farouche et son sentiment d'invincibilité - sentiment qui ne reste qu'un sentiment. Lili vit à Neverland, elle a le visage poupin, les joues d'un bébé, elle n'est encore qu'une enfant. Une enfant qui a peut-être poussée trop vite.
Lili est une princesse. Elle était entourée de sages précepteurs, de grosses nounous et tous lui ont appris à se tenir. Ses épaules étroites avançaient et reculaient au rythme des tam-tams. Ses mains fines sont devenues calleuses car dans la forêt, nul n’est à présent épargné. Ses jambes sont élancées et grêles, car il y a des jours où elle n’a pas le temps de manger. Même si elle se cache sous une récente carapace de fer, Lili reste une fleur ouverte à l’espace qui l’entoure. Elle paraît fermée mais sa démarche et son port de reine font d’elle la porte-parole des habitants de Neverland, habitants oubliés mais présents.


    Sous ses pas, les gravillons grinçaient, crépitaient. Lili se promenait. Non, Lili errait sans but. Il y avait longtemps que ses pieds avaient cessé de souffrir. Par les assauts incessants de Lili qui avait absolument besoin de marcher pour réfléchir, les petons s’étaient fait une raison. On ne va pas contre la nature déterminée et parfois même inconsciente de la fille. La boue s’infiltrait dans les interstices des orteils nus. Lili lâcha un petit soupir d’aise. Elle était seule et cela faisait un moment que ça n’était pas arrivé. Invariablement, elle est toujours entourée d’une multitude de petits animaux, parfois rejoints par une bête plus grosse. Ils souhaitent tous la même chose : que l’unique personne à même de les comprendre les comprenne. Mais Lili est – avait été – une princesse capricieuse et égoïste. Elle se fichait pas mal d’aider un oisillon à retrouver son nid, pas plus qu’une biche en train de mettre au monde un petit ne l’émouvait. Cependant elle avait besoin de ces créatures pour accomplir son maléfique – du moins le croyait-elle – projet, son effroyable dessein. Elle a pour but de renverser le règne de Peter Pan, ce petit con infâme . Parfois elle va même jusqu’au point où elle se rêve à la place de l’infâme ! Pour cela, il fallait, et elle en avait mal au cœur, mais enfin, il faut bien des sacrifices, se débarrasser de la jeune Margaret… Lili ne se laisserait aucun répit. Jusqu’au jour où elle tiendrait enfin sa vengeance, là, sur le bout des lèvres, elle déposerait un peu de sang de Margaret sur la langue de Pan. Elle rirait ! Elle ferait une ronde avec ses animaux et après un massacre en bonne et due forme, elle se suiciderait – et laisserait Neverland dans les bras d’un inconnu, qui ferait enfin disparaître le Neverland qu’elle avait connu et qui n’est aujourd’hui qu’une relique cachée au fond de l’âme de chacun des “anciens”. Lili ne voulait pas que Neverland reste statique, et, en même temps, elle savait qu’elle ne pourrait jamais retrouver son ancien monde, sa forêt verdoyante, ses feux joyeux. Tout cela était déjà parti et ce qui restait de Neverland, ce n’est qu’un bloc nerveux, froid et laid. Elle ne voulait pas assister à sa déchéance et aucun retour en arrière n’était plus possible. Lili cracha sur le mélange de matière organique et morte à ses pieds.

    Retour en arrière.

    « Papa ! Papa, où es-tu ? »
    Déjà, les flammes s’emparaient de la tunique frangée de la petite princesse. Pourquoi s’en prenait-on à ce qu’elle avait de plus cher ? Pourquoi, depuis un temps après le départ de Wendy, ne se sentait-on plus libre, plus en sécurité à Neverland ? Parce que le cœur même de son Maître avait été rongé. Lili n’en savait encore rien, mais ce qu’elle voyait l’atterrait : des flammes, le feu qui mangeait, non, dévorait les peaux des tipis et calcinait le bois qui entourait la clairière. Et Lili, courrait, avec l’impression d’être inutile. Pourquoi cette sensation la privait-elle de sauver sa tribu ? Elle n’était pas la seule à courir, perdue et affolée. Les hommes avaient déjà tous disparus. Ne restaient que les jeunes filles, les fillettes qui avaient attendues au campement. Les plus agiles tentaient de monter au sommet des plus hauts tipis et d’autres cavalaient vers la montagne. Lili creusa plus largement et plus profondément un terrier de lapin. Elle ne songeait pas à se sauver. Elle s’était faite une tombe. Elle savait que son père était perdu, en train de trottiner vers la sagesse éternelle. Si Lili ne pouvait plus sauver son peuple, épargner à certains la douleur horrible de brûler vifs – quoiqu’elle voyait certaines petites filles se jeter du sommet des tipis, pour mourir plus dignement –, elle pensait pouvoir encore sauver son âme.

    Fin du retour en arrière.

    Lili grimpa à un sapin. Le plus majestueux qu’elle ait pu trouver dans un rayon de cent mètres. Un de ceux qui avaient survécu au Grand Feu. Ce n’est que quelques semaines après que Lili avait appris que le Maître était le responsable, de ce massacre. Elle ne savait pas pourquoi, et trouvait cela horrible. Si seulement les relations entre les deux camps avaient été désastreuses, peut-être Lili aurait-elle pardonné. Une guerre avec un motif, ce n’est rien qu’une guerre naturelle, dont chaque homme a besoin un jour ou l’autre pour se sentir Homme. Mais une guerre pour simplement sacrifier l’un des camps, sans aucun but territorial, relationnel, peut-on vraiment qualifier ça de guerre ? N’est-ce pas un horrible génocide sans nom ? Malheureusement pour Peter Pan, Liliaceae est toujours en vie.

    Lili a déjà entendu parler des Clefs, des autres Maîtres, de Voyageurs. Ces derniers l’intéressent : elle n’a plus vraiment l’utilité d’une âme. Si elle pouvait être quasiment immortelle, son noir dessein serait beaucoup plus accessible… Mais ce n'est pas uniquement pour ce motif que Lili aimerait perdre son âme. En habitante de Neverland, la seule manière pour elle de voyager entre les mondes, c'est d'obtenir une autorisation du Maître. Ce serait déjà plus facile si elle n'était pas elle...



  • Vrai nom ou pseudo : Sarajevo. Comme la ville, ouioui. (Pas de blague pourri, pitiééééééé!)
  • Age : 16 ans. (Mais j'ai toujours l'impression d'en avoir 15...)
  • Auteur de l'avatar (dis quel est l'artiste de ton avatar) : cellar-fcp sur deviantart!
  • Comment tu as découvert ce forum ? Site spécialisé.
  • Et tu en penses quoi dis ? Beau design, un des seuls forums à avatar-dessin (que j'affectionne, aucune envie d'avoir un perso rebelle avec la photo d'Angelina Jolie!), thème assez intéressant, rp de bon niveau, membres plutôt actifs. De toute façon, j'ai pas suffisamment de temps pour m'amuser sur des forums rpg pourris.
  • Un commentaire ? Vive l'allemand, vive la litté, vive la civi, vive l'année de seconde qui sert à rien mais qui nous pourrit bien avec son emploi du temps... pourri! \o/ (Y a des trucs pas trop ironiques, je veux pas passer pour une fille qui se plaint de sa spé, hé hé.)
  • Code : [code validé par Annie ♥]


Dernière édition par Liliaceae le Lun 28 Fév - 14:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Re: Liliaceae Lun 28 Fév - 14:30

Bonjour Lili ^^, je vais corriger ta fiche ^o^.

Dans sa globalité, la fiche est superbe. Très bien écrite avec un style fluide. J’aime beaucoup. Et en plus tu as fait très vite \ô/. Quelques petits termes qu’il faut changer tout de même >_<.

Dans le physique tu qualifies Lili comme une amérindienne. Il ne faut pas oublier cependant que c’est une habitante de Neverland donc qu’elle n’habite avec les indiens d’Amérique ^^. Indienne c’est mieux je pense, c’est plus globale, plus général ^^.

Ensuite, il y a des parenthèses qu’il faudra enlever ^^, comme :
Citation :
(ndA : alors là, ce n’est pas moi ! C’est qu’elle est vulgaire la princesse… *siffle*)

Et puis quelques petites erreurs de syntaxe >_<. Comme
Citation :
Une guerre avec un motif, ce n’est rien qu’une guerre naturelle, donc chaque homme a besoin un jour ou l’autre pour se sentir Homme.
. Je pense que c’est : dont chaque homme.

J’aime beaucoup ton histoire avec une pointe de mystère *_*. Elle dégage une ambiance particulière et j’aime beaucoup.

Après ces menues corrections je vais pouvoir te valider joyeusement \ô/

PS : est-ce que tu pourrais donner le nom du site où tu nous as trouvé ? C’est important ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liliaceaeavatarprofil +
MessageSujet: Re: Liliaceae Lun 28 Fév - 14:40

Alors, je me suis crevée les yeux sur l'historique, mais je crois que c'est sur sawen.net.

J'ai corrigé les fautes aussi! Je pensais avoir fait plus de fautes d'inattention, parce que je l'ai pas écrite direct sur word ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annie Duboiseavatarprofil +
MessageSujet: Re: Liliaceae Lun 28 Fév - 15:01

Bon aller je te valide ^o^.

Bienvenue parmi nous ^^.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsoriséprofil +
MessageSujet: Re: Liliaceae

Revenir en haut Aller en bas

Liliaceae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les portes s'ouvrent :: Viens te présenter aux autres :: Fiches validées-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit