Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée]



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
InvitéInvitéavatarprofil +
MessageSujet: Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée] Mer 9 Fév - 15:27


Si tu veux rentrer à l'Ambroise,
va falloir me dire qui tu es...


Identité

  • Nom : Slade
  • Prénom : Carter
  • Âge : 25 ans
  • Origine (s) : Britannique - Londre.
  • Orientation sexuelle : Hétéro.
  • Métier : Médecin
  • Fonction : Travailleur

  • Pouvoir : : Un pouvoir surnaturel ? Bien sûr que non, Carter est un humain tout ce qu'il y a de plus normal. Il a été formé au combat rapproché lors de son entraînement au SAS. Comment ? Non, ce n'est pas un pouvoir. Il a développé une sorte de puissant instinct, un sixième sens qui l'avertit lorsqu'un danger se trame, que quelqu'un ment. Comme une étrange sensation, au creux du ventre ou sur la nuque. L'instinct du soldat. De plus, il est doué d'une certaine empathie, ressentant vaguement ce que ressentent les autres. C'est probablement les études de médecine qui l'ont fait devenir ainsi. Non, vraiment, pas de pouvoir. Tout s'explique par son passé...


Tourne toi un peu, pour voir,
que je sache à quoi tu ressembles...


Physique

Carter Slade est un jeune homme de grande taille à la silhouette svelte. En effet, il doit peser dans les environs de 70 kilos pour un mètre 77. Il ne faut cependant pas s'y fier : même s'il parait peu de choses, il sait se défendre et présente une musculature discrète, mais qui sait se faire valoir lorsque la situation l'exige. Sa peau est très légèrement hâlée pour un britannique. Ses longs cheveux sombres encadrent un visage aux traits fins. Ses yeux sont étroits et de nuance sombre, un bleu très sombre que beaucoup prennent pour du noir. Même son apparence physique est trompeuse... Il a de fins sourcils sombres qui lui donnent à la fois un air charmeur et sévère. Ses traits sont légèrement androgynes, si bien qu'il fut déjà pris plusieurs fois pour une jeune femme. Cependant, dès qu'il prononce un mot, le doute s'estompe : sa voix grave est très fluide, comme celle d'une personne ayant l'habitude de discourir. Pour ce qui est des goûts vestimentaires, le jeune homme aime suivre une mode très "british class" : costumes trois pièces, cravate, chemise... Il porte bien entendu des habits moins "coincés" mais il est très rare de le voir sans une chemise... Il ne fait cependant aucune exception à une règle du code vestimentaire qu'il s'est fixé : ne jamais porter un manteau qui ne soit pas long, sauf si celui-ci est en cuir et de bonnes coupes, ou qu'il s'agisse d'une veste de costume. Il porte habituellement au pied des chaussures de cuir sombre. Pour parler des points particuliers, une personne le voyant torse nu pourrait voir sur son flanc droit une longue cicatrice, ainsi qu'un grand tatouage dans son dos, où figure un oiseau de proie fondant sur sa cible, les serres en avant.

Et puis parle moi un peu de toi,
pour que je te connaisse mieux...


Psychologie

La mentalité de Carter Slade est quelque chose de très difficile à cerner. À première vue, il s'agit d'un jeune homme assez réservé, pour ne pas dire asocial. Il sourit peu, parle encore moins et semble avoir continuellement une expression fermée sur le visage. Cependant, il arrive que la carapace de froideur s'entrouvre pour laisser voir le véritable Slade. Rendu bourru par son passé, il s'agit en fait d'une personne empreinte d'une grande sensibilité qui se dissimule derrière un masque d'indifférence. Lorsque l'on prend la peine de chercher à comprendre la mécanique intérieure de l'esprit du jeune homme, on découvre alors qu'il est plein de douceur, de charme et de gentillesse. S'il est devenu calculateur et manipulateur, ce n'est que par la nécessité de l'histoire. C'est un jeune homme qui sait être franc et courtois. De plus, il est devenu très diplomate, cherchant à régler les conflits avant que la situation ne s'envenime. Mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère : des années de service dans les forces spéciales lui ont appris que ce n'était pas toujours le plus fort qui gagnait, mais bien souvent le plus rusé. Il est donc devenu en quelques sortes un homme calculateur à l'esprit vif. Doté d'une profonde volonté et d'un grand sang froid, il ne lâchera que rarement prise. S'il paraît calme et réservé, voir même timide, toutes ses barrières mentales sont inhibés lorsqu'il s'agit de protéger ceux auxquels il est attaché : sa détermination se retrouve alors multipliée, ainsi que son audace et il semble être un autre... Il en est le premier conscient, et même s'il tente de lutter contre ce penchant, il est très fleur bleue avec des normes proches de celles des chevaliers et du romantisme d'antan. Sachant tout cela dépassé depuis longtemps, il tente de repousser cette nature qui tant parfois à repointer le bout de son nez. Il déteste les lâches et les hypocrites. Il essaiera le plus possible d’agir dans l’ombre, de par sa nature discrète et son passé. Quand bien souvent on croit qu’il reste indifférent à une situation, son esprit est peut-être déjà en train d’échafauder un plan pour régler le problème. Grand romantique dans le fond, il aime écouter de la bonne musique, un verre de vin à la main. Il est d’ailleurs lui-même joueur occasionnel de violon et de piano. Ainsi, il est aisé de dire que Carter est tout en contraste : sous une surface glaciale et indifférente brûle une âme ardente et passionnée…

Tu me racontes un peu ta vie,
quand même ?


Histoire

Carter a grandi dans une famille de bonne fortune du sud de l’Angleterre. Ainsi, il reçut la meilleure éducation possible. Ses parents ont toujours voulu qu’il soit lettré. C’était en tout cas le désir le plus cher de sa mère, car son père était peu présent. Il devait voyager pour son travail, disait-il. Lorsqu’il était enfant, cela n’avait pas trop choqué Carter, à tel point que l’absence du père finissait par paraître normal. Il se disait négociant en épice. Lorsqu’il fut âgé de quelques années supplémentaires, ce détail mit la puce à l’oreille du jeune homme : depuis quand un négociant en épices devait-il partir en pleine nuit, de toute urgence, en essayant le plus possible de ne pas être vu ? Ce détail qui peut paraître sans importance avait fini par éveiller la curiosité dans l’esprit du jeune homme. Les années passèrent alors que cette question continuait de tourmenter l’esprit du jeune homme. À ses cours habituels d’arithmétique, d’histoire, de géographie et de littératures vinrent s’ajouter des cours de musique. Le jeune homme choisit d’apprendre à jouer du piano et du violon. Il n’envisageait nullement une carrière d’artiste, et c’est pourquoi il choisit de ne pas se spécialiser dans un seul de ces deux instruments. Bien entendu, cela faisait soupirer sa mère de désarroi, qui aurait voulu que son fils soit le plus grand musicien, le plus grand historien… Le plus grand quelque chose… Mais il ne semblait pas vouloir trouver sa voie. Le jeune homme, pour sa part, était habité par un autre démon que celui de l’ambition. Plusieurs nuits, il avait vu son père rentré en étant soutenu par des hommes. Il avait dit s’être fait attaquer. Qui attaquerait un petit négociant en épice ? Le jeune homme, alors dans sa quinzième année, commença à surveiller discrètement son père. Il remarqua alors qu’à chaque « départ urgent » de son père, une personne venait lui porter un message. Cet homme faisait toujours très attention à ne pas être suivi lorsqu’il arrivait aux portes de la demeure familiale. Qui pouvait bien envoyer ainsi des messages à son père. Un jour, il décida de tirer cette affaire au clair. Lorsque le « messager » arriva, il se faufila dans la remise et se glissa sur la banquette arrière de leur voiture. Il attendit un long moment. Si long qu’il finit par s’endormir, recroquevillé dans le coffre de la voiture. Il fut réveillé au petit matin par le chant des oiseaux. Il était toujours dans la remise… Ce qu'il voulait donc dire que pour ses départs, son père ne prenait pas la voiture familiale. Pour quelle raison sortirait-il en pleine nuit sans prendre leur propre voiture ? Les sourcils froncés, le jeune Slade retourna dans sa chambre. L’histoire aurait pu se taire, si la curiosité et le besoin de savoir du jeune homme ne s’étaient pas montrés si forts. Un jour, il se glissa dans le bureau de son père, après un de ses « départs ». Il se tenait là, dans le sanctuaire secret. Le chef de famille n’y tolérait personne, pas même la femme de ménage. La seule façon qu’il avait trouvée pour y entrer était de prendre les clefs de son père pour en faire un double. À présent, dans la grande pièce recouverte de nombreuses bibliothèques, avec en son centre un bureau en bois massif, le jeune homme ne savait que chercher. Il alla s’assoir sur le grand fauteuil en cuir. Sur le bureau de son père se trouvait un cadre : sur la photo, on le voyait, jeune, en uniforme de pilote. À ses côtés, un autre jeune homme. Tous deux souriaient. Cela fit un choc au jeune Anglais. Jamais il n’aurait pensé que son père avait pilote pour la Royal Navi. En y repensant, il n’avait pas l’âge pour avoir combattu dans la première ou la Seconde Guerre mondiale. Dans l’un des tiroirs du bureau, il trouva une boîte qu’il ne parvint pas à ouvrir. La serrure ne devait pas s’ouvrir avec la clé qu’il possédait. Perturbé par le fait que son père lui ait caché un passé militaire, le jeune Carter referma le bureau avec attention.

Le temps a passé. Âgé de 19 ans, Carter a fini par trouver sa voie : il a commencé à suivre des études de biologie pour devenir médecin. Il sait que la voie sur laquelle il s'engage sera longues et difficiles. Il ne pouvait pas s'imagine à quel point. Il avait dû quitter le domaine familial pour suivre les cours dans un pensionnat. Il travaillait d'arrache-pied, bien décidé à faire carrière dans le monde de la médecine. Il était un peu replet lorsqu'il était un pré ado, mais il était maintenant un jeune homme grand et svelte. Un jour, alors qu'il travaillait dans sa "chambre" -un box de dix mètres carrés- un surveillant vint lui demander de se présenter aussi vite que possible à l'accueil. On lui tendit un téléphone : il devait rentrer en urgence, un accident était arrivé. Il prit le premier train et regagna le domaine familial. Il croisa le médecin de famille sur le pas de la porte qui posa sa main sur son épaule en secouant lentement la tête. Carter se dégagea d'un rapide coup d'épaule et courut jusqu'à la chambre de ses parents. Son père était allongé sur le lit. Rien qu'en voyant le teint livide de son père, Carter sut qu'il n'allait pas tarder à être le maître de maison… Il s'assit près de lui, et lui prit la main. Avec un sourire, l'homme tira de sous la couverture une boite finement ciselée. Avec un regard pétillant de malice, il sourit à son fils :

"- Carter, je sais que tu as essayé de l'ouvrir, il y a quatre ans. Arrivé à me prendre mes clefs sans que je m'en rende compte…
- Père, je vous demande de bien vouloir m'exc…
- Ne t'excuse pas, Carter. C'était un compliment. Il faut que je t'explique."

Avec des gestes lents, il ouvrit la boite. À l'intérieur se trouvait deux médailles, des insignes militaires, et un blason. Une épée entourée de deux ailes. Carter leva la tête vers son père. Celui-ci hocha lentement la tête. Il n'avait jamais été marchand en épices. Il avait fait partie de l'armée, un simple pilote. Jusqu'à ce qu'on lui propose de rejoindre les SAS. Bien sur, sa mère était au courant de tout, mais ils s'étaient promis de ne jamais en parler à leur fils. Il ne voulait pas que celui-ci ce tourment à chaque "voyage" de son père. Mais à présent, il était en âge de savoir. Au cours de la dernière opération, deux jours plus tôt, il avait reçu une balle. Une mauvaise blessure. S'il s'en remettait, il ne pourrait plus jamais prendre les armes ni piloter. L'heure de la retraite avait sonné. Carter hocha lentement la tête. Tout s'expliquait donc… Son père toussa, et du sang échoua sur sa main. Une hémorragie interne. Dans la nuit, Carter devenait le propriétaire légitime du manoir Slade.

"- Toubib' Slade ! On a un toucher ! " À moitié recroquevillée derrière un mur effondré, une silhouette se déplaçait en courant. Les balles crépitaient au-dessus de lui, faisant voler en éclats la pierre fissurée qui tenait lieu de brique. Les détonations et les coups de feu résonnaient tout autour de lui. Appuyé contre le mur, un homme se tenait la cuisse. Carter s'agenouilla et l'examina rapidement. Une blessure légère. L'homme s'en tirerait sans problèmes, la balle n'avait pas touché d'artère. Il ouvrit son médi-pack et lui fit un bandage, stoppant le saignement. Il leva le pouce, et attrapa le revolver à sa ceinture. De deux balles, il abattit l'homme qui le tenait en joue. Les 22 SAS avait été envoyé en renfort pour une brève opération. Ça n'avait pas encore tourné à Mogadiscio, mais ce n'était pas loin. Heureusement, pour eux, les Black Hawk ne tardèrent pas à venir arroser la zone. On venait les extraire. Une dizaine de minutes plus tard, ils étaient à bord des hélicoptères. Carter poussa un soupir. Il comprenait comment son père avait pu être blessé aussi souvent… Il ferma les yeux et s'appuya contre la paroi de métal de l'appareil, en poussant un soupir. Des images lui revinrent en mémoire. La boîte en bois, finement ciselée. L'écusson du SAS, les médailles… Soudain, une secousse agita l'appareil. Il entendit le pilote crier :

"- Accrochez-vous ! On a perdu le rotor arrière ! "

**Putain de Mogadiscio** ne put s'empêcher de penser le jeune Slade, alors que l'hélicoptère commençait à s'emballer et à tomber rapidement vers le sol. Il ferma les yeux, serrant la main sur le bracelet qu'il portait au poignet. Il sentit son cœur cogner à tout rompre. Et soudain, une secousse violente, un bruit infernal et un choc dans la nuque. Tout devint noir et glacé. Ce fut une douleur cuisant qui le fit revenir à lui en hurlant. Un projecteur braqué sur son visage l'empêchait de voir. On le rouait de coup en hurlant dans une langue qu'il ne comprenait pas. Un coup de pied dans le flanc droit. Un craquement. Deux côtes cassées. Un coup de genoux au visage. Nouveau craquement. Le nez cassé. Un coup de crosse sur la nuque. Pas de craquement. Il était toujours vivant. Le sang ruisselait sur son visage. Visiblement, on tenait à ce qu'il parle. Mais comment pourrait-il parler sans comprendre les questions qu'on lui posait ? Il essaya de dire "je ne comprends pas" dans toutes les langues qu'il connaissait. L'anglais, l'allemand, l'espagnol, l'italien… Bon sang, quand allaient-ils comprendre que lui ne comprenait pas ! Il vit qu'on approchait de lui une lame rougie. Il essaya de reculer, faisant tinter les chaînes qui le retenaient prisonnier. Le métal chauffé à rouge lui brûla le flanc droit, lui arrachant un cri horrible. Son esprit, pour éviter de se briser, lui fit à nouveau perdre pied avec la réalité…

"- Médecin Carter Slade, nous avons pris la décision de vous muter aux 21 SAS. Vous partez ce soir. Faites vos bagages." Réserviste. Voilà comment on se débarrassait d'un agent sans le licencier. Carter salua l'officier et se dirigea en boitant vers le bloc où se trouvaient ses affaires. Assis au bord de son lit, il repensa à ce qu'il s'était passé. On l'avait torturé. Finalement, un homme parlant Anglais était arrivé et lui avait demandé pour quelle armée il travaillait, quel était le but de l'opération. Carter n'en savait rien. Il travaillait pour les Britanniques, pas pour ces enfoirés d'Américains. Il était là parce qu'il était médecin et qu'il y avait des hommes à sauver. L'homme en face de lui cracha au visage : un médecin avec un fusil n'était pas là uniquement pour sauver des vies. Il s'était de nouveau retrouvé seul, sans nourriture ni eau, dans la pièce noire qui se faisait de plus en plus froide. Il avait perdu toute notion du temps. On avait dû l'oublier. Il sentait ses forces décliner. Jusqu'à entendre au-dessus de lui un étrange vrombissement. Des coups sourds. Et soudain, des faisceaux de lumière qui balayaient l'obscurité. Le sang coagulé sur son visage l'empêchait de voir correctement. Il rassembla toutes ses forces pour lancer :

"- 22 SAS ! Who dares wins ! " Les faisceaux se posèrent sur lui. On entendit une voix s'écrier :
"- Les gars, j'ai un SAS en mauvais état ici ! " Une forme vint se placer près de lui, détachant les chaînes.
"- Du calme mon vieux, c'est les Delta. My god, ils vous ont sacrément arrangé. Il vous faut un médecin.
- Je suis médecin. Médecin Slade, 22 SAS.
- Capitaine Samuel Karson Howard, Delta. Tenez bon, Slade. On va vous ramener sur le sol de la couronne."

Les Delta venaient le sauver. Quelle ironie, quand on savait que c'était eux que devait assister les 22 SAS. Il secoua la tête. Il avait reçu une médaille d'honneur. Le reste de son unité avait été en grande partie décimé. Deux ou trois hommes avaient pu être sauvés. Le pilote de l'hélicoptère notamment. Le capitaine Howard avait également reçu une médaille. Il avait envoyé quelques lettres pour prendre des nouvelles de Carter. Puis il était reparti en mission, et n'avait plus donné de nouvelles…

Slade secoua lentement la tête. Il était devenu médecin dans une maison close réputée, l'Ambroise. Il ne pouvait pas rester à rien faire, et il n'aurait su dire pourquoi, en arrivant devant la porte, il avait eu l'impression qu'on l'appelait à l'intérieur. Bien entendu, on le mettait à l'essai avant de dire si on le gardait ou non. De toute façon, il avait déjà vu tellement de choses au sein du SAS que plus rien ne semblait l'étonner ni l'émouvoir. Il faisait son travail et c'était tout. Il ne posait pas de questions. Son rôle était de soigner le corps. Pour ce qui était des tortures de l'âme, il y avait des psychologues. Lui n'était qu'un médecin, un ancien agent du SAS. Il avait l'impression d'avoir une mission à remplir ici. Quelque chose qu'il devait comprendre… A vrai dire, la raison de la venue de Slade à Ambroise n'est pas aussi fortuite. Depuis ce fameux jour, il avait une dette à l'égard de l'Américain. Alors lorsque le capitaine fit un détour par l'Angleterre pour l'inviter à prendre un verre, et qu'il lui parla du fait que sa sœur cadette avait disparue sur le sol de la couronne, Carter comprit aussitôt. Il promit de tout faire pour retrouver une trace de la jeune femme. Elle était censée poursuivre des études d'Histoire. En se renseignant auprès de l'université où elle était inscrite, il apprit qu'elle s'était rendue dans une maison close au bord de la forêt pour un mémoire sur les établissements de passe. Il avait activé son réseau social pour en tirer de très maigres informations. On avait rapporté quelques cas d'hommes qui "disparaissaient" après avoir fréquenté le bordel. Mais en même temps, quel était l'homme qui n'aurait pas voulu disparaître après avoir passé la nuit sur le sein d'une femme autre que celle avec qui il était marié ? Carter donc décidé de reprendre son rôle d'agent des forces spéciales. Il avait gagné la maison close et avait proposé ses services en tant que médecin. Si on n'était pas content de lui, on n'aurait qu'à le renvoyer, et il ne demandait même pas à être payé le temps que durerait sa mise à l'essai...

Allez laisse tomber les masques,
dans la vraie vie, tu es qui ?.


Hors RP

  • Vrai nom ou pseudo : Mon vrai nom ? Hmmm, mystère. Mais on me connait par endroit du net sous les noms de Sashel, Valadion ou encore Faucheclan.
  • Age : 20 ans, je vais sur mes 21.
  • Auteur de l'avatar (dis quel est l'artiste de ton avatar) : Aucune idée, il vient du site Kero's Kingdom.
  • Comment tu as découvert ce forum ? Par le biais de ma chère et tendre ^^.
  • Et tu en penses quoi dis ? Un peu de mal à saisir le contexte mais mis à part ça, je le trouve très bien ! Les questions que je me posais ont rapidement trouvées réponses auprès des administrateurs.
  • Un commentaire ? Je ne viens pas de le faire ?
  • Code : [Validé par Annie 8D] ! Nom de Zeus, il était bien caché le bougre !

Revenir en haut Aller en bas
Ilana Coghanavatarprofil +
MessageSujet: Re: Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée] Mar 15 Fév - 12:32

Salut Carter ! je suis désolée je devais m'occuper de ta fiche, mais ensuite j'ai cru qu'elle avait été validée par un autre Admin je suis confuse !
Sache que je te présente mes plus plates excuses et que je m'y attelle tout de suite >.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Coghanavatarprofil +
MessageSujet: Re: Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée] Mar 15 Fév - 12:52

Voilà c'est fait ! Encore toute mes excuse pour ce retard, tu a le droit de me menacer avec un Gun des SAS, mais ne tire pas quand même ^^

Alors je trouve ton personnage original très sympathique et je trouve son but ( retrouver la sœur de celui qui l'a sauvé) est très intéressant !
Ton personnage est aboutit, son histoire aussi, et tu colle bien au contexte. Attendons le RP pour voir quelles place tu te feras dans celui-ci Wink

Il y a très peu de fautes c'est agréable ! Juste un problème avec cette phrase :

Citation :
Il ne faut cependant pas s'y fier : même s'il parait peu de choses, il sait se défendre et présente une musculature discrète...
Des difficultés a comprendre ^^' ! Soit tu as oublié un mot, soit je ne comprends définitivement pas XD mais ce serait pas une première XD Moi et mes expressions !

Juste un petit conseil à te donner : Aère ton texte... Ce sera sans doute plus sympa et agréable a lire ^^
Autrement je trouve ta fiche très bien et bien écrite.

Tu es validé! Tu peux maintenant créer ton Journal intime, tes demandes de liens et bien sûr commencer le RP !

Encore un fois excuse moi de t'avoir fait attendre >.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsoriséprofil +
MessageSujet: Re: Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée]

Revenir en haut Aller en bas

Y a-t-il un médecin dans l'avion ? [Carter Slade, Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les portes s'ouvrent :: Viens te présenter aux autres :: Fiches perdues dans le vent-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit